A Bruxelles, une réunion de ministres pour accélérer la coordination contre le terrorisme

  • A
  • A
A Bruxelles, une réunion de ministres pour accélérer la coordination contre le terrorisme
@ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

Les ministres européens de l’Intérieur et de la Justice vont plaider jeudi lors d’une réunion extraordinaire pour un rapprochement des services de renseignement des pays membres. 

Les attentats de Bruxelles de mardi n’ont pas seulement frappé la capitale belge, ils ont aussi visé symboliquement la capitale de l’Europe. La bombe de la station de métro Maelebeek a ainsi explosé au cœur des institutions europpéennes, à 150 mètres du bâtiment où les ministres de l’Intérieur et de la Justice des pays membre de l’Union ont prévu de se rencontrer jeudi après-midi pour une réunion extraordinaire. Désormais donc, tous les pays de l’UE se sentent concernés, et les participants à cette réunion veulent profiter du choc des attaques de mardi pour envoyer un message politique afin d’accélérer, comme le réclame la France depuis les attentats de 2015, la coordination des services de renseignement afin de lutter contre la menace terroriste. C’est le sens d’un projet de déclaration qu’Europe 1 a pu consulter.

Relier les bases de données. Selon ce document, les ministres vont ainsi réclamer que toutes les bases de données de renseignement soient, d’urgence, reliées entre elles. Actuellement, les fichiers d’Interpol ne communiquent pas avec ceux de la base Schengen, où on signale les suspects dans les pays européens, ni avec ceux de Frontex, l’agence de contrôles des frontières. Un groupe de travail va plancher sur les aspects techniques et légaux d’un tel rapprochement.

Une plateforme d’échange en temps réel. Les ministres vont également réclamer la mise en place d’une plateforme qui permettrait d’échanger en temps réel, entre tous les services de sécurités des Etats membre, mais également avec ceux de la Suisse et de la Norvège, les informations utiles à la lutte contre le terrorisme. Ils vont aussi plaider pour la mise en place d’un comité international  d’experts pour évaluer la menace terroriste.

Urgence sur le PNR. Enfin, les ministres de l’Intérieur et de la Justice vont aussi mettre la pression sur le parlement européen pour qu’il adopte et mette en place en urgence le fameux PNR ("Personal name recording"), le fichier permettant de compulser l’ensemble des données des voyageurs en provenance ou à destination de l’Union par la voie des airs. Et ce dès le mois prochain, et non en mai, comme il est prévu actuellement.