1.565 faux invalides démasqués en Italie

  • A
  • A
1.565 faux invalides démasqués en Italie
@ Max PPP
Partagez sur :

Le préjudice de cette fraude fiscale s'élève à plus de 60 millions d'euros.

Après les Grecs c'est au tour des Italiens de rendre des comptes au fisc. Depuis janvier 2012, près de 1.565 faux invalides et 1.844 pseudo-pauvres ont été démasqués. Une fraude qui a coûté plus de 60 millions d'euros au fisc italien.

Toutes ces personnes ont perçu indûment des allocations de maladie, d'invalidité, de chômage, de maternité, de logement, des bourses d'études, depuis des années, selon un communiqué de la Garde des finances. Ces fraudes au fisc se faisaient d'ailleurs généralement avec la complicité de leur médecin.

Des médecins complaisants

A Tolmezzo, dans le nord-est de l'Italie, un homme reconnu aveugle depuis 2005 coupait tranquillement son bois pour ses provisions d'hiver quand il a été surpris par les inspecteurs du fisc. Un autre faux aveugle à Pise, dans le centre du pays, se promenait sans canne et sans chien à travers la ville toscane.

A Pieve Santo Stefano, toujours dans le centre du pays, un homme officiellement malade battait les bois à la recherche de truffes avec ses chiens. Le médecin complaisant a aussi été dénoncé. Dans la province de Salerne, près de Naples, un homme a été arrêté alors qu'il percevait l'allocation vieillesse d'une femme morte depuis 2003.

Monti déclare la guerre aux fraudeurs

Tous ces aveugles "miraculeusement" rétablis sont la cible du gouvernement de Mario Monti, qui dans le cadre de ses mesures d'austérité, a déclaré ces derniers mois la guerre aux fraudeurs de toutes sortes. Le rythme de la récession dans laquelle le pays est plongé depuis un an ne s'atténue quasiment pas. L'économie italienne souffre même plus que prévu. Le produit intérieur brut a reculé de 0,7%, affichant son quatrième trimestre consécutif de recul.

Le pays semble ainsi prendre le chemin de la Grèce où de nombreuses fraudes ont été recensées. En avril dernier, le cas de l'île de Zakynthos avait été fortement médiatisé. Le nombre de non-voyants déclaré était en effet neuf fois supérieur à la moyenne européenne. Un système de fraude à grande échelle qui permettait de cumuler tous les mois l'allocation de cécité de 724 euros avec un travail classique.