La justice maintient l'interdiction de marcher pieds nus à la citadelle de Besançon

  • A
  • A
La justice maintient l'interdiction de marcher pieds nus à la citadelle de Besançon
Mickaël Lechantre marche pieds nus depuis sept ans. @ PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :

La justice a donné tort jeudi à un adepte du "barefooting" qui s'est vu interdire plusieurs fois l'accès à la citadelle de Besançon.

Le tribunal administratif de Besançon a rejeté jeudi le recours d'un adepte du "barefooting" réclamant le droit de marcher pieds nus dans l'enceinte de la citadelle de Besançon, au nom de la liberté individuelle.

"Sécurité" et "hygiène". Mickaël Lechantre, 33 ans, avait saisi le tribunal administratif afin d'obtenir l'abrogation du règlement intérieur de la citadelle, qui interdit aux visiteurs d'y marcher pieds nus et dont il conteste la légalité. Le tribunal a suivi les conclusions du rapporteur public, estimant que "l'interdiction totale de marcher pieds nus dans toutes les parties du site vise à garantir dans un établissement recevant du public le respect des règles de sécurité, d'hygiène et de civilité".

Appel. Mickaël Lechantre, qui marche pieds nus en permanence depuis sept ans, a l'intention de faire appel. Il se dit prêt à aller "jusque devant la Cour européenne des droits de l'Homme" afin de faire valoir sa "liberté individuelle" et d'"obtenir une jurisprudence" pour "toutes les personnes qui marchent pieds nus". Ce Strasbourgeois, adepte du "barefooting" (marcher pieds nus) s'est vu refuser à plusieurs reprises l'accès à la citadelle de Besançon, site classé au patrimoine mondial de l'Unesco, car il ne portait pas de chaussures. "Je ne nuis à personne en étant pieds nus. Je demande juste qu'on me laisse vivre ma vie", avait-il déclaré à l'issue de l'audience le 24 mars.

Le tribunal a indiqué dans un communiqué avoir jugé que "cette restriction à la liberté individuelle du choix par chacun de sa tenue vestimentaire" était "légalement" justifiée. Dans son jugement, la juridiction a souligné "la nécessité de prévenir les accidents et blessures susceptibles de se produire du fait des travaux permanents menés depuis plusieurs années dans toutes les zones de la citadelle". Le requérant affirmait que les pieds nus sont "plus sûrs que les chaussures" et "plus aérés, donc propres, que des semelles de chaussures jamais lavées".