Japon : une publicité montrant une adolescente transformée en anguille d'élevage retirée pour sexisme

  • A
  • A
Japon : une publicité montrant une adolescente transformée en anguille d'élevage retirée pour sexisme
La vidéo montre une adolescente se transformant en anguille.@ DR
Partagez sur :

L'étrange film de deux minutes montre une adolescente en maillot noir se transformant en anguille pour faire la promotion de l'élevage de ce poisson.

Promouvoir l’élevage d’anguilles en transformant une adolescente en poisson… C’était la (mauvaise) idée d’une ville japonaise, contrainte lundi, sous le feu des critiques, de retirer une vidéo en ligne jugée sexiste.

L'étrange film de deux minutes montre au début la très jeune fille en maillot une pièce noir, similaire à celui porté par les écolières japonaises, se prélassant au bord d'une piscine en disant "nourris-moi" à un homme dont on n'entend que la voix. Elle balance ensuite les hanches comme pour jouer au cerceau puis plonge dans l'eau et se transforme en anguille. Le tout est interrompu d'images bucoliques du sud du Japon avant de se terminer sur des anguilles grillées.

Pas une première. Les responsables de la ville méridionale de Shibushi ont supprimé le film tout en affirmant avoir seulement voulu promouvoir l'anguille locale. "Nous élevons (les anguilles) avec soin", disait un sous-titre. Les protestations se sont multipliées sur les réseaux sociaux. "Cela me fait penser à une enfant kidnappée et séquestrée…", disait un tweet. "Ils devraient retirer cette vidéo sexiste", disait encore un autre.

"Nous avons conscience d'avoir offensé certaines personnes. Nous voulions simplement faire une vidéo expliquant que la ville est connue pour l'élevage d'anguilles", a dit à l'AFP un responsable local.

Ce n'est pas la première fois qu'une municipalité japonaise est accusée de diffuser une publicité dégradante pour les femmes. La ville de Shima, qui a accueilli le sommet du G7 cette année, avait dû changer sa mascotte, jugée obscène et sexiste. L'image de bande dessinée montrait une apprentie "ama" (plongeuse en apnée) de 17 ans aux formes voluptueuses. Elle avait suscité l'ire des ama professionnelles qui récoltent algues, coquillages et perles.