Blois : la fève Marine Le Pen passe mal dans la galette des rois

  • A
  • A
Blois : la fève Marine Le Pen passe mal dans la galette des rois
Image d'illustration@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Une cliente d'une boulangerie de Blois, dans le Loir-et-Cher, a manqué de s'étouffer en découvrant, dans sa galette des rois, une fève à l'effigie de la présidente du Front national, Marine Le Pen. 

Une surprise qui n'est pas du goût de tous. Une cliente d'une boulangerie de Blois, dans le Loir-et-Cher, a découvert dans sa galette des rois, une fève à l'effigie de la présidente du Front national, Marine Le Pen. "Choquée", elle a écrit une lettre à son boulanger pour lui exprimer toute sa colère. "Nous sortons d'une période de grande tension politique et nous sommes toujours dans une époque douloureuse et difficile", s'agace-t-elle dans son courrier, consulté par La Nouvelle République. "Les personnages politiques, et particulièrement les extrêmes, s'emparent à tout-va d'événements pour répandre un discours de haine et de provocation", ajoute-t-elle ensuite. 

"Un manque de respect". Cette habitante de Blois s'est sentie insultée, "n'y a-t-il pas une forme de prise d'otage et surtout un manque de respect, de considération et beaucoup de mépris envers les clients", s'indigne-t-elle ainsi dans sa lettre. "J'ose espérer que cet événement s'est passé à votre insu", déclare-t-elle.

"On les aurait écartées". Et c'est finalement plus par maladresse, que la cliente s'est retrouvée avec une fève à l’effigie de Marine Le Pen dans sa galette. Contacté par le quotidien régional, Michel Hamet, le pâtissier, assure en effet n'avoir pas vraiment prêté attention aux fèves qu'il avait glissées dans sa galette. "Peut-être qu'on les aurait écartées si on les avait repérées", a-t-il répondu, précisant avoir reçu plusieurs coups de fils de clients mécontents.

Une fève réalisée en janvier 2011. En réalité, la fève Marine Le Pen est l'une des douze pièces d'une collection à l'effigie d'hommes et de femmes politiques. Parmi eux figurent Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Olivier Besancenot, Ségolène Royal, Philippe de Villiers, José Bové et Dominique Strauss-Khan. Cette série, imaginée par un créateur de Haute-Saône, avait été réalisée en janvier 2011. "C'est complètement fortuit", a donc insisté le boulanger. pour se justifier. "Les fèves coûtent cher, entre 40 et 80 centimes, et il nous restait des stocks des années passées. Nous finissons les séries ! D'ailleurs, la centaine de fèves politiques a déjà été écoulée", a-t-il assuré. Dorénavant, les clients de la boulangerie de Michel Hamet découvriront des fèves à l’effigie d'un personnage, qui lui, ne secoue pas les foules : Claude François.