Airbnb : ils louent la maison d'un chef néonazi

  • A
  • A
Airbnb : ils louent la maison d'un chef néonazi
Les forces de l'ordre espagnoles ont pris d'assaut la maison avant d'effectuer une perquisition. Image d'illustration.@ RAFA RIVAS / AFP
Partagez sur :

Leur séjour a été interrompu par un assaut des forces de l'ordre qui recherchaient ce chef d'un réseau néonazi. 

Cela devait être des vacances tranquilles en Espagne. Mais elles ont tourné au cauchemar. Une famille française, qui séjournait dans une maison en Catalogne trouvée sur le site Airbnb, a été visé par un assaut des forces de l'ordre, a rapporté jeudi Ouest France. Le propriétaire qui leur avait loué le bien est en fait le chef d'un groupe néonazi recherché par la police.

Un propriétaire aperçu rapidement. Cette famille originaire de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique avait loué une maison dans la campagne barcelonaise pour y séjourner avec des amis "au calme", relate Anne-Sophie, victime de cette aventure. Sur le propriétaire, ils ne savent rien. Son pseudo sur le site d'Airbnb, "Rex", est accompagné d'une photo de chien. Sur place, il les reçoit rapidement pour leur remettre les clefs avant de s'éclipser pour partir "randonner quelques jours en montagne".

"Un fusil d'assaut braqué sur lui". Un matin, lors du petit-déjeuner pris sur la terrasse, le conjoint d'Anne-Sophie entend "un petit bruit". "En levant la tête, il aperçoit un homme cagoulé, armé d'un fusil d'assaut braqué sur lui. Une dizaine d'hommes lourdement armés l'accompagnent", raconte au quotidien régional la touriste malchanceuse. À la recherche du propriétaire de la maison, les forces de l'ordre se lancent alors dans un perquisition poussée. Ils défoncent même avec un bélier quatre portes verrouillées. 

L'annonce retirée du site. C'est à leur retour en France que la famille en apprend plus sur le loueur grâce à un ami franco-espagnol. "Rex" est en fait une figure locale, connue pour être à la tête d'un réseau néonazi catalan. Déjà condamné dans le passé pour apologie de la Shoah, il est actuellement de nouveau en prison. Anne-Sophie, elle, s'est plainte auprès d'Airbnb pour obtenir réparation. En vain puisque ce dernier lui a répondu que sa requête avait dépassé le délai de réclamation réglementaire de 24 heures. Elle s'est cependant consolée en constatant que l'annonce de location de "Rex" avait été retirée du site.