Vidéo à la demande : Netflix veut sa part du marché français

  • A
  • A
Vidéo à la demande : Netflix veut sa part du marché français
Netflix a déjà séduit 40 millions d'abonnés dans 40 pays du monde entier. Prochaine étape majeure : la France.@ Netflix
Partagez sur :

Le géant de la location de séries et de films avec abonnement pourrait débarquer dans l'Hexagone dans les mois à venir. Où en est la concurrence en France ?

Vous ne connaissez pas encore Netflix ? Dans quelques jours, des représentants de Netflix devraient venir en France pour négocier leur arrivée "possible et crédible" en septembre prochain, a indiqué mardi la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (Sacd). Ce service, qui a déjà séduit près de 40 millions d'utilisateurs dans 40 pays, permet de louer films et séries en illimité contre un abonnement fixe à 9 dollars (environ 6 euros) par mois. Attendu comme le messie par certains, Netflix va-t-il réellement révolutionner la vidéo dans l'Hexagone ? Comment se porte le secteur en France et pourquoi l'offre existante risque de ne pas tenir le choc ? Éléments de réponse.

>> C'est quoi la SVOD ? La "vidéo à la demande" est en fait divisée en trois catégories :

- La VOD (Video on demand) rassemble les vidéos (à l'unité ou par package) téléchargées pour une durée de vie limitée.

- L'EST (Electronic Sell-Through) réunit pour sa part les séries et films acquis de manière définitive.

- La SVOD (Subscription video on demand) agrège quant à elle l'ensemble des programmes consommés grâce à des abonnements illimités. C'est le modèle adopté par Netflix. Un marché où il y a beaucoup à gagner.

28.01 930x400 Netflix Pano

© REUTERS

Un gros gros gâteau. D'après le cabinet d'étude GfK, le marché français de la vidéo à la demande a été estimé à 217 millions d'euros en 2013. En augmentation de 26 millions d'euros par rapport à l'année précédente, ce qui confirme que le marché est porteur. C'est principalement par les téléviseurs (71%) que les Français achètent ou louent leurs contenus, majoritairement des longs métrages (94%). Parmi ces contenus, les productions françaises résistent bien au mastodonte Hollywood puisque 42% des films sont français, contre 49% de films américains. Mais la SVOD, n'en est qu'à ses débuts en France : 14 millions de chiffre d'affaires début 2013, en croissance malgré tout de 18%.

Trois acteurs déjà sur le marché. Parmi la quarantaine de plateformes de location de films et séries disponibles en France, trois se rapprochent de l'offre SVOD de Netflix : CanalPlay Infinity, Video Futur et JookVidéo.

> CanalPlay, deux abonnements à moins de 10 euros. L'offre CanalPlay Infinity est composée de deux abonnements, le premier à 6,99 euros par mois pour PC, Mac et iPad, le second à 9,99 euros par mois ajoutant la disponibilité sur TV. Ce service, sans engagement, propose près de 1.500 films, 3.000 épisodes de séries pour les enfants et autant d'épisodes de séries pour adultes. Accessible en illimité et 24 heures sur 24, l'offre CanalPlay Infinity est disponible en version française, en version originale sous titrée et en haute définition. L'offre du groupe CanalPlus est accessible depuis les box SFR, sur les consoles de jeu Xbox 360 et One ainsi que sur l'Apple TV.

28.01 930x500 CanalPlay

> VideoFutur, une box pour tout voir. L'ancien géant de la location de DVD s'est reconverti en passant dans le numérique. L'enseigne française présente une offre un peu différente, puisqu'il faut faire l'acquisition d'une "box", un petit boîtier à brancher à son téléviseur, pour en profiter. L'abonnement, qui coûte 10 euros par mois, inclut l'accès à plus de 5.000 vidéos, sans donner le détail des séries et films. Mais pour se distinguer, quelques options sont disponibles gratuitement avec la box VideoFutur : les chaînes Paramount Channel et Game One, l'ensemble des chaînes TNT et la possibilité d'accéder à tous les programmes TV en "replay".

28.01 930x500 VideoFutur

> JookVidéo, l'outsider. Lancé en mars 2013, JookVidéo est l'offre d'abonnement vidéo du groupe AB productions, grand fournisseur de séries TV dans les années 1990. Disponible sur PC, Mac, iPad et sur les TV connectées de Samsung, il s'agit d'un abonnement à prix fixe de 6,99 euros par mois, sans engagement. JookVidéo affiche un catalogue de 10.000 programmes mais ne les détaille pas. D'après le portail spécialisé ZDNet, en septembre dernier, ce sont seulement 18 séries qui étaient présentées sur le portail, contre 70 du côté de CanalPlay Infinity.

28.01 930x500 JookVideo

Quelles sont les armes du mastodonte Netflix ? Netflix a bâti sa renommée - et son nombre croissant d'abonnés dans le monde - sur son très riche catalogue de séries TV. Or en France, difficile actuellement de bénéficier des dernières séries à la demande. En fouillant dans le catalogue des trois acteurs ci-dessus, impossible par exemple de trouver les dernières saisons des séries à succès Breaking Bad, The Big Bang Theory ou encore Game of Thrones. Et pour cause : ces séries aux audiences qui se comptent en millions de téléspectateurs chaque mois coûtent très cher en droits d'acquisition. Des montants inaccessibles pour les VidéoFutur, JookVidéo et même CanalPlay Infinity mais qui sont à la portée du géant Netflix.

28.01 930x400 Netflix Pano

© REUTERS

La loi française reste un frein. La loi sur la "chronologie des médias" pénalise tous les acteurs du secteur de la SVOD, les Français comme Netflix dans le futur : ils doivent attendre 36 mois avant d'ajouter un film à leur catalogue. Alors qu'il est possible de visionner un long métrage dès quatre mois en passant par la VOD ou l'EST… Mais cela pourrait évoluer un peu en 2014 puisque le récent rapport Lescure préconise de diminuer de 36 à 18 mois cette période de restriction.

sur le même sujet, sujet,

TÉLÉVISION - Le PAF doit-il avoir peur de Netflix ?

VOD - Netflix : Filippetti pose ses conditions

POLITIQUE - Des représentants de Netflix reçus à l'Elysée

PROPOSITION - Les films plus vite sortis en VOD

LOI - YouTube et Dailymotion dans le viseur du CSA