Twitter : on peut envoyer des DM à tout le monde

  • A
  • A
Twitter : on peut envoyer des DM à tout le monde
@ Reuters
Partagez sur :

Il est désormais possible d'envoyer des tweets en privé, même si le destinataire ne fait pas partie de vos abonnés.

Une limite (enfin) levée. Pourrez-vous bientôt envoyer des messages privés à Rihanna ou à Lady Gaga sur Twitter ? En théorie oui… Le réseau social, qui compte 231,7 millions d'utilisateurs chaque mois, vient en effet d'ajouter une nouvelle option : il est désormais possible d'envoyer des messages privés ou DM (Direct Message) à tous, même auprès des utilisateurs qui ne vous "suivent" pas. Mais tout le monde n'y a pas (encore) accès. Explications.

Comment ça marche ? Jusqu'ici, il n'était possible d'envoyer des DM qu'aux personnes qui vous suivaient sur Twitter, c'est-à-dire aux utilisateurs qui s'étaient auparavant abonnés à votre fil de tweets. Mais depuis quelques heures, comme Europe1.fr a pu le tester, certains internautes peuvent recevoir des messages privés de la part de n'importe quel abonné. Repérée mardi par le site spécialisé TechCrunch, l'option s'active depuis les paramètres, sur le site officiel de Twitter (voir capture d'écran ci-dessous). Si vous vous rendez dans le paramétrage de Twitter, dans l'onglet "Compte", vous verrez peut-être l'option s'afficher. Si elle n'apparaît pas, c'est normal : elle n'est pas encore accessible à tous.

16.10 930x620 DM Twitter

© Capture d'écran

Comment y avoir accès ? Twitter n'a pas encore communiqué sur cette nouvelle fonctionnalité : le déploiement et la généralisation de l'option semblent être en cours comme en témoignent les nombreux tweets ces dernières heures, mais il n'y a pas de démarche particulière à adopter pour en profiter plus rapidement. Patience…



Faut-il s'inquiéter ? Mais les plus paranos doivent déjà se demander combien de spams ou de messages indésirables ils vont bien pouvoir recevoir. Pas de panique ! Il s'agit d'une option à activer, et qui reste désactivée par défaut. En cas d'afflux de messages intempestifs, l'utilisateur peut décocher l'option depuis les paramètres du site Twitter ou encore bloquer l'internaute malveillant.