Qui est Satya Nadella, le "geek" à la tête de Microsoft ?

  • A
  • A
Qui est Satya Nadella, le "geek" à la tête de Microsoft ?
Satya Nadella est un ingénieur qui oeuvre au sein de Microsoft depuis 1992, à l'époque de "Windows 3.0".@ MAXPPP
Partagez sur :

PORTRAIT - Le géant du logiciel a officialisé la nomination de son ancien responsable de Cloud. Il sera conseillé par Bill Gates.

L'INFO. C'est une page qui se tourne pour Microsoft. C'est Satya Nadella qui a été choisi pour prendre les rênes de l'entreprise technologique. Il succède à l'actuel patron de Microsoft, Steve Ballmer, dont le départ avait été annoncé en août 2013. Satya Nadella, ingénieur indien, a gravi, depuis 1992, tous les échelons pour se hisser au sommet de l'organigramme de Microsoft. Épaulé par Bill Gates, qui quitte au passage le conseil d'administration de la firme américaine, Satya Nadella va devoir relever le défi de l'ère mobile d'une société qui peine à se renouveler. Présentations.

Un ingénieur "maison". Il n'a pas le tempérament enflammé d'un Steve Ballmer (voir la vidéo ci-dessous), la gueule de premier de la classe de Tony Bates (Skype, désormais propriété de Microsoft) ou encore l'expérience de Stephen Elop (Nokia, également racheté par Microsoft), trois noms qui ont longtemps tenu la corde pour remplacer Steve Ballmer. Mais Satya Nadella possède un avantage de poids : il travaille au sein de l'entreprise basée à Redmond (près de Seattle) depuis 1992. Cet homme de 47 ans a débuté en tant qu'ingénieur au sein du département Recherche et développement et a ensuite œuvré dans l'équipe en charge de la branche professionnelle de Microsoft. Dernièrement, Satya Nadella dirigeait la section "Cloud" de l'entreprise américaine, c'est-à-dire tout ce qui concerne le stockage dématérialisé (au contraire des disques durs physiques).



Plutôt logiciels que smartphones ou tablettes. Comme il l'explique dans un long courrier adressé à ses employés, Satya Nadella croit au futur des logiciels Microsoft : "Nous sommes dans un monde dirigé par les logiciels" affirme-t-il. Mais ne mentionne à aucun moment l'explosion des appareils mobiles, smartphones et tablettes, chers aux géants Google, Apple et Samsung. Tout juste évoque-t-il le rachat de Nokia, ancien numéro un mondial de la téléphonie mobile aujourd'hui à la peine sur le marché des smartphones. Windows Phone 8, le système d'exploitation mobile de Microsoft, n'a en pourtant conquis que 3% d'un marché largement dominé par Android (79%) et Apple iOS (15%).

Regarder Satya Nadella détailler, en décembre 2013, la stratégie de Microsoft dans le domaine du Cloud :

Épaulé par Bill Gates en personne. Satya Nadella l'a bien compris, le temps où Microsoft dominait les nouvelles technologies est révolu. "C'est une période critique pour l'industrie et pour Microsoft", reconnait son nouveau patron. Pour l'accompagner dans sa tâche, celui qui porte un t-shirt pourpre sur sa première photo officielle a fait appel à Bill Gates. Si l'emblématique ancien PDG de Microsoft a annoncé mardi qu'il quittait le conseil d'administration de la firme américaine, il devient conseiller spécial de Satya Nadella. Celui qui fut durant de longues années le meilleur ennemi de Steve Jobs, son homologue de chez Apple disparu en 2011, devra permettre au nouveau patron du logiciel de confirmer les derniers résultats financiers de Microsoft. L'éditeur a affiché, au deuxième trimestre de l'exercice 2013-2014, un chiffre d'affaires en progression de 14,5% à 18 milliards d'euros et un résultat net de 3%, à 4,48 milliards d'euros. Microsoft a également écoulé 7,4 millions de consoles de jeux vidéo dont 3,9 millions de Xbox One, sa dernière en date sortie en novembre dernier. Mais pour Satya Nadella, le "jeu" ne fait que commencer.

Bill Gates laminé en 79 secondes aux échecs :

sur le même sujet, sujet,

NOMINATION - Bill Gates quitte la présidence de Microsoft

ESPIONNAGE - NSA : pourquoi les géants d'Internet "balancent"

TÉLÉPHONIE - Le smartphone Nokia sous Android se précise

VIDÉO - Bill Gates laminé en 79 secondes aux échecs

PIRATAGE - Twitter : l'Armée syrienne électronique pirate Microsoft