Les distributeurs de billets bientôt piratables ?

  • A
  • A
Les distributeurs de billets bientôt piratables ?
@ Max PPP
Partagez sur :

Le système d'exploitation utilisé par une grande majorité des distributeurs de billets sera vulnérable dès le mois d'avril.

L'INFO. Les futures attaques de distributeurs de billets ne se feront peut-être plus à coup de voitures béliers, mais à l'aide d'un simple... ordinateur. D'après un fournisseur d'automates américains, plus de neuf ordinateurs sur dix seront vulnérables à d'éventuelles attaques informatiques dès le mois d'avril prochain, a annoncé vendredi Bloomberg. Explications.

Comment c'est possible ? Aux États-Unis, 95% des distributeurs automatiques fonctionnent grâce à un petit ordinateur équipé du système d'exploitation Windows XP, sorti en 2001. Problème : cette interface ne sera plus mise à jour par Microsoft, son éditeur, à partir du 8 avril prochain. Cela signifie que les failles informatiques de Windows XP pourront, à compter de cette date, être exploitées pour tenter d'attaquer ces distributeurs de billets.

Une mise à jour possible, mais pas pour tous. Certains distributeurs plus récents pourraient bénéficier d'une mise à jour vers une version plus récente de Windows. De quoi écarter une éventuelle menace. Mais d'après Robert Johnston, responsable marketing chez le plus grand fournisseur de solutions de distributeurs outre-Atlantique, certaines banques n'ont pas suffisamment anticipé la transition et seront exposées dès le mois d'avril. Il s'agirait plutôt des petites agences et non des grandes banques, à en croire Business Week.

Et en France ? Aucune banque européenne ne souhaite s'exprimer sur le sujet. Pourtant, l'été dernier, une vaste attaque de distributeurs de billets a été révélée par la BBC. Une manœuvre possible grâce à une faille informatique et une simple clé USB. Le montant du butin n'a pas été communiqué et les pirates sont toujours en liberté. De son côté, Microsoft n'a toujours pas communiqué sur cette menace pourtant bien réelle. L'éditeur propose bien une extension des contrats de supports de ses logiciels, mais comme le précise le portail spécialisé MacG, leur coût est multiplié par cinq dès la deuxième année.