Le WiFi bientôt gratuit dans les gares et aéroports

  • A
  • A
Le WiFi bientôt gratuit dans les gares et aéroports
Partagez sur :

3' CHRONO - Après le métro, le WiFi gratuit débarque dans six aéroports et deux gares de TGV.

L'info. Juin 2012 : la société espagnole Gowex, spécialisée dans les infrastructures WiFi, annonce une connexion gratuite dans 48 stations de métro à Paris. Février 2013 : Gowex dévoile un dispositif élargi à plusieurs aéroports français et dans deux stations de TGV. Il s'agit d'un partenariat entre Gowex et Atlanteam, une autre société dédiée aux espaces multimédias dans l'Hexagone.

C'est pour quand ? Dans un premier temps, Internet ne sera disponible qu'à travers des bornes multimédias. Internet y sera accessible gratuitement, mais il n'est pas précisé si les sessions seront limitées dans le temps. Dans un deuxième temps, c'est le WiFi qui devrait être déployé.

Où ça ? Les aéroports parisiens de Roissy et Orly, mais aussi ceux de Nice, Lyon, Bordeaux, Marseille et Beauvais sont concernés. Cela représente 120 millions de voyageurs potentiels. Pour les gares, ce sont deux gares parisiennes qui sont annoncées : Massy et Montparnasse.

La publicité géolocalisée pour compenser. Comment et pourquoi Gowex propose-t-il un tel service gratuitement ? Le partenariat prévoie l'intégration de publicités géolocalisées. Par exemple, si vous êtes à la gare de Paris-Montparnasse, des annonces pour des activités dans le Sud-Ouest de la France seront insérées dans le navigateur de l'utilisateur.

Les zones d'ombres. Plusieurs questions restent en suspens concernant ce dispositif. Tout d'abord, aucune date n'a pour le moment été avancée par la société française, ni pour l'accès aux bornes multimédias ni pour le WiFi gratuit. Reste également à définir les modalités de connexion sur les bornes : le temps de navigation sera-t-il limité ? Faudra-il se créer un identifiant pour y accéder ? Les informations collectées (sites consultés, temps de connexion, etc.) seront-elles exploitées par Gowex ? Pour le moment, la société n'a pas donné de réponse.

À LIRE AUSSI : Le Wifi entre (un peu) dans le métro