Internet : une adresse .paris, le chic ultime ?

  • A
  • A
Internet : une adresse .paris, le chic ultime ?
@ REUTERS
Partagez sur :

La mairie de Paris va accorder quelques dizaines d’URL parisiennes. Les candidats doivent se presser.

L’info. Les adresses Internet se terminant par .fr, .net, .com ou .org ne sont pas une fatalité. De nouvelles extensions vont bientôt voir le jour dans les mois à venir, dont certaines reprendront le nom de région ou de grandes villes. Mais qui aura droit par exemple à une adresse internet en .paris ? Les candidats doivent se presser puisque la mairie de Paris, qui va les attribuer, sélectionnera les heureux gagnants fin janvier 2014.

19.12.Internet.web.adresse.url.e1default.930.620
Internet autorise de nouvelles adresses. L’autorité chargée de réguler Internet, et notamment les noms des domaines, avait annoncé en juin 2012 une opération "porte ouverte". Près de 300 nouvelles extensions vont ainsi être autorisées d’ici 2014, qu’il s’agisse de noms de marques (.renault ou .nutella), de domaines d’activité (.hotel, .music, .sex ou .xxx) ou de régions (.bzh ou .alsace). Mais les plus grandes métropoles sont aussi concernées, notamment Rome (.roma), New York (.nyc) et donc Paris.
>> A lire aussi : Tout le monde peut posséder son .xxx

C'est en cherchant des images de peintures rupestres sur Internet que l'incident s'est produit.

La Ville de Paris va faire le tri. En termes d’image, disposer d’une adresse Internet se terminant par .paris peut être un atout non négligeable pour les sociétés spécialisées dans le tourisme ou le luxe. Mais tout le monde n’aura pas cette chance, puisque c’est à la mairie de Paris que revient la décision finale. Cette dernière a donc lancé un appel à candidatures dont la date limite a été fixée à fin janvier 2014.

"Puis elle choisira les quelques dizaines d’entités qui pourront, fin mai 2014, obtenir en avant-première les adresses .paris. Une condition fondamentale à l’acceptation du dossier : apporter un contenu innovant", précise Le Journal de l’Economie. Décrocher un tel nom de domaine n’est cependant pas gratuit : si les plus petites structures (start-up et associations) devront s’acquitter d’une somme symbolique, la facture pourra grimper jusqu’à 10.000 euros pour les grandes marques (joaillerie, haute couture, etc).

Et par la suite ? Que les non-sélectionnés se rassurent, la municipalité n’a l’exclusivité des attributions que pour l’année 2014. A compter de 2015, il suffira de suivre les procédures classiques pour décrocher un nom de domaine en .paris, c’est-à-dire auprès de l'AFNIC, le centre français d'information et de gestion des noms de domaine Internet.