Des députés pompent Wikipédia pour une proposition de loi

  • A
  • A
Des députés pompent Wikipédia pour une proposition de loi
@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

INSPIRATION - Dans le texte de loi pour la reconnaissance du génocide assyrien, des élus UMP ont pioché dans l'encyclopédie en ligne.

Pour une proposition de loi relative à la reconnaissance du génocide assyrien de 1915, des députés de l'UMP se sont largement inspirés de Wikipédia. Mis devant le fait accompli, les élus ont reconnu avoir copié l'encyclopédie en ligne participative, le justifiant par "le peu d'informations sur le sujet" en dehors de Wikipédia.

Repéré par un assistant parlementaire EELV. C'est Pierre Januel, assistant parlementaire EELV, qui a repéré le texte de loi. Celui-ci a pointé du doigt le grand nombre de liens redirigeant vers Wikipédia, et comme l'explique Le Monde, l'exposé des motifs reprend de nombreux "mots et expressions" utilisés par Wikipédia, comme "Grecs pontiques", "des accords Sykes-Picot de 1916" ou encore "du traité de Lausanne de 1923".



Des passages entiers "copiés-collés". Mais ce n'est pas tout, puisque des passages entiers sont des "copier-collers" sur le portail participatif. "La population assyrienne sous l’Empire ottoman s’élevait à environ un million de personnes au début du XXe siècle", dit la proposition de loi présentée par l'UMP. Une phrase qui reprend mot pour mot sur le site de Wikipédia, comme d'autres passages du texte présenté à l'Assemblée.

"Il y a très peu d'informations sur le sujet". La députée UMP Valérie Boyer, rapporteuse du texte interrogée par BFMTV.com, a reconnu "s'être largement inspirée d'Internet". Pourquoi ? "Il y a très peu d'informations sur le génocide et nous ne sommes pas spécialistes, plutôt que d'inventer des informations, nous avons fait vérifier celles que nous avions par un spécialiste", explique un proche de la députée. "Nous n'aurions jamais publié un texte pas vérifié", tente de justifier l'entourage de l'élue.

>> LIRE AUSSI - Syrie : l'EI libère des chrétiens assyriens contre une rançon

>> LIRE AUSSI - La France interpelle l'ONU sur le sort des chrétiens d'Orient