Facebook : toujours plus mobile

  • A
  • A
Facebook : toujours plus mobile
La partie mobile représente 41% des résultats de Facebook au cours du deuxième trimestre. Une tendance qui va s'accentuer dans les prochains mois.@ REUTERS
Partagez sur :

Le réseau social a présenté un chiffre d'affaires en hausse grâce notamment à l'explosion du mobile.

L'INFO. Facebook continue son expansion : plus d'un an après son entrée en bourse, le réseau social a présenté ses résultats financiers pour le deuxième trimestre 2013. Le site compte toujours plus d'utilisateurs et la partie mobile représente près de la moitié du chiffre d'affaires du portail de Mark Zuckerberg.

Des résultats passés au vert. Il y a un an, Facebook déplorait une perte de 157 millions de dollars (environ 120 millions d'euros). Pour le deuxième trimestre 2013, le réseau social affiche 333 millions de dollars de bénéfice, soit environ 253 millions d'euros. Ces chiffres positifs s'expliquent en grande partie par l'augmentation des revenus issus du mobile, qui représentent désormais 41% des revenus publicitaires de Facebook, contre 24% à la fin du deuxième trimestre 2012.

Des chiffres qui donnent le tournis. Facebook, ce sont 1,11 milliard d'utilisateurs actifs chaque mois, dont 819 millions d'utilisateurs mensuels sur mobile. Chaque jour, 699 millions d'internautes se connectent au site ou aux applications mobiles et appuient 4,5 milliards de fois sur un bouton "Like". L'application Facebook est actuellement disponible sur la quasi-totalité des plateformes mobiles : iPhone, Android, Windows Phone, Bada, BlackBerry ou encore Symbian.

Bientôt de la publicité sur Instagram ? Pour rentabiliser sa plus grosse acquisition, le réseau social de photos Instagram, acheté 747 millions de dollars (594 millions d'euros) en avril 2012, Facebook devrait intégrer des publicités au sein de l'application mobile. Sans confirmer sous quelle forme, la société dirigée par Mark Zuckerberg a annoncé vouloir monétiser Instagram dans les mois à venir.

>> À LIRE AUSSI : Comment Facebook veut séduire les pays émergents