Des hackers s'en prennent au New York Times et à Twitter

  • A
  • A
Des hackers s'en prennent au New York Times et à Twitter
Le site du New York Times hacké par l'Armée électronique syrienne ? C'est ce que revendique ce groupe qui soutient le régime de Bachar al Assad.@ REUTERS
Partagez sur :

L'Armée électronique syrienne a revendiqué ces attaques informatiques qui ont perturbé le site du quotidien et le réseau social.

L'INFO. Le groupe de hackers n'en est pas à son coup d'essai. Deux semaines après s'en être pris au portail du Washington Post, l'Armée électronique syrienne (AES) s'est visiblement attaquée au site du New York Times (NYT) et à Twitter, mardi soir. Le site du quotidien américain et le réseau social ont été perturbés durant plus d'une heure, une cyberattaque revendiquée par ce groupe qui affiche son soutien à Bachar al Assad mais non confirmé par certains experts. Explications.

Twitter et le New York Times dernières victimes. Mardi, le site du quotidien américain New York Times a été pris d'assaut par l'AES : certains internautes ont pu apercevoir le logo de l'Armée syrienne électronique s'afficher sur la page d'accueil du NYT. Le portail du journal est depuis revenu à la normale.

Dans la soirée, c'est Twitter qui était cyberattaqué :

Deux attaques revendiquées par l'AES, qui annonçait dans le même temps sur son site défendre "le peuple arabe syrien" contre "les campagnes menées par les médias arabes et occidentaux". Twitter a d'emblée annoncé que la confidentialité des informations de ses utilisateurs n'était pas en danger.

C'est quoi l'AES ? L'Armée syrienne électronique est un groupe de jeunes informaticiens syriens qui, selon le site Rue89, seraient basés à Damas, s'attaqueraient aux médias américains ou aux alliés des États-Unis. Aucun visage ni aucune identité de ses membres n'a pour le moment été dévoilée mais selon The Guardian, le cousin de Bachar al Assad Rami Makhlouf financerait l'AES.

Combien d'attaques jusqu'ici ? Difficile de dénombrer précisément le nombre de sites victimes de ces attaques. Mais un grand nombre de médias a déjà subi un piratage de l'Armée syrienne électronique : CNN, le Huffington Post, Time, le Washington Post, la BBC, Reuters, CBS, ou encore The Guardian. Le compte Twitter de l'agence de presse AP avait également été détourné, annonçant une explosion à la Maison-Blanche ayant touché Barack Obama.

Android, iPhone : Twitter renforce sa sécurité