Apple : l'iPhone cartonne, l'iPad déçoit

  • A
  • A
Apple : l'iPhone cartonne, l'iPad déçoit
Les résultats de la marque à la pomme sont mitigés : certes son smartphone continue de s'écouler par millions, mais les ventes d'iPad chutent.@ REUTERS
Partagez sur :

Malgré la réussite du smartphone, les bénéfices sont en baisse et les ventes de tablettes chutent.

L'INFO. Après des mois de résultats financiers crevant le plafond, Apple commence à ressentir les effets d'une récession mondiale. La marque à la pomme a présenté mardi son bilan financier pour le troisième trimestre fiscal, qui s'arrêtait le 29 juin. À retenir : les ventes d'iPhone se portent bien, celles d'iPad décroissent et le bénéfice continue également à baisser.

31,2 millions d'iPhone en trois mois. C'est le point positif des résultats de la firme américaine : les ventes d'iPhone sont au vert avec 31,2 millions d'exemplaires écoulés sur le dernier trimestre, soit 5,2 millions de plus qu'à la même période en 2012. En revanche, ce chiffre est en baisse de 6,2 millions par rapport au trimestre précédent, ce qui s'explique par le cycle de vie de l'iPhone. Le dernier modèle a en effet été commercialisé au mois de septembre 2012, soit il y a déjà 9 mois. Les utilisateurs anticipent donc une prochaine sortie d'un nouveau modèle (l'iPhone 5S ?) et préfèrent attendre cette future version.

L'iPad mini ne sauve pas les ventes d'iPad. Malgré la commercialisation, en octobre 2012, d'un nouveau format avec l'iPad mini, Apple n'endigue pas la baisse des ventes de sa tablette maison. Lors du dernier trimestre, ce sont 14,6 millions d'unités qui se sont vendues, soit 4,8 millions de moins qu'au trimestre précédent et 2,4 millions en moins en comparaison de la même période l'an passé. L'iPad génère ainsi un chiffre d'affaire qui a baissé de 27% sur trois mois. Cela s'explique en grande partie par la perte de marché d'Apple sur ce secteur : selon l'institut IDC, au 1er mai, l'iPad représentait 39,6% du marché des tablettes contre 58,1% à la même époque en 2012.

Les ordinateurs et iPod ne comptent plus. Autre signe que la marque à la pomme a considérablement évolué : les ordinateurs (iMac et MacBook) ne représentent plus que pour 13,8% des ventes de la firme californienne. Pire, l'iPod, avec 4,5 millions de modèles vendus, ne représente plus que 2% du chiffre d'affaire de l'entreprise.

C'est vraiment la crise pour Apple ? Difficile, malgré certains indicateurs dans le rouge, de tirer la sonnette d'alarme au vue des résultats financiers de ce dernier trimestre du côté de la société dirigée par Tim Cook.  Avec 35,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires et un bénéfice net de 6,9 milliards de dollars, Apple reste, et de loin, la première entreprise mondiale du secteur des hautes technologies. Certes, la marge brute de la marque (qui représente le prix de vente moins le coût de revient hors taxe) ne cesse de décroître. Mais ce ne sont pas les actionnaires d'Apple, qui vont toucher 18,8 milliards de dollars de cash sous forme de dividendes et de rachats d'actions, qui sont le plus à plaindre.

>> À LIRE AUSSI : Apple : bientôt un iPad géant ?