Livraison par drones : Amazon devra attendre

  • A
  • A
Livraison par drones : Amazon devra attendre
@ Capture d'écran
Partagez sur :

GAME OF DRONES - La loi américaine sur l'utilisation des drones a été modifiée et n'autorise toujours pas la livraison de colis via cette méthode.

Plus d'un an après l'annonce par Amazon de la prochaine possibilité de se faire livrer ses colis par drones, cette fonctionnalité n'a toujours pas été mise en place. Et il semblerait que ce n'est pas encore pour demain : la commission de régulation de l'aviation civile américaine (FAA) a récemment mis à jour la loi sur l'utilisation commerciale de drones et se faire livrer par ces petits robots volants n'est toujours pas autorisé mais ce n'est peut-être qu'une question de mois.

>> LIRE AUSSI - Des drones pour intercepter… les drones malveillants

Garder le contact visuel avec le drone. Parmi les recommandations faites par la FAA outre-Atlantique sur l'usage des drones, trois points sont à retenir : l'obligation pour le pilote de garder un contact visuel permanent avec son appareil et l'interdiction de survoler les foules d'autre part. Surtout, les drones ne seront pas autorisés à lâcher des objets en vol ce qui exclue tout système de livraison par ces appareils.

Pas avant 2017 ? Ces recommandations ne font pas encore figure de "non" définitif pour Amazon et autres amateurs de livraison par drones. Car les recommandations, désormais "ouvertes aux commentaires publics pour minimum 60 jours", vont permettre aux différents acteurs du secteur de s'exprimer sur le sujet. Mais les règles finalement retenues pourraient n'entrer en vigueur qu'en 2017, laissant ainsi les Amazon et autres Google peaufiner les réglages de leurs services. En attendant une évolution de la réglementation, Amazon teste ses drones de livraisons en Inde.

>> LIRE AUSSI - Un drone a survolé l'Elysée "pendant quelques secondes"

Et en France ? Comme aux États-Unis, la réglementation française sur les drones empêche la mise en place de livraison par drone. En 2014, le ministère de la Défense s'était d'ailleurs opposé aux livraisons par drones, au motif que "les garanties en matière de sécurité aérienne ne seraient (...) pas suffisantes". Avec un souci commun à tous les pays : garantir la sécurité des individus.