2013 : y a-t-il quelque chose que la NSA n'a pas encore espionné ?

  • A
  • A
2013 : y a-t-il quelque chose que la NSA n'a pas encore espionné ?
@ REUTERS
Partagez sur :

RÉTRO - Ordinateurs, téléphones portables, réseaux sociaux… L'agence américaine était partout cette année.

L'agence américaine de sécurité nationale aura été au cœur de l'actualité tout au long de l'année 2013. Après des premières révélations par l'intermédiaire de l'ex-agent secret Edward Snowden au mois de juin, il ne s'est pas passé un mois sans que de nouvelles informations n'entachent la réputation de la NSA. Ordinateurs, smartphones, e-mails, chefs de gouvernements et même le Pape ont été surveillés par les Américains. L'agence a-t-elle déjà tout espionné ? Europe1.fr revient sur toutes les révélations de l'année.

6 juin : un opérateur téléphonique américain. L'opérateur de télécoms Verizon remettrait quotidiennement des données aux espions de la NSA.
Des millions d'Américains surveillés

21 juin : au tour des Européens. Dans un document daté de septembre 2010 et classé "strictement confidentiel", la NSA décrit comment elle espionnait la représentation diplomatique de l'Union européenne à Washington.
Espionnage de la NSA : l'Europe aussi

1er juillet : l'ambassade de France aux États-Unis. L'ambassade de France à Washington et sa représentation diplomatique aux Nations unies ont été placée sur écoutes, parmi d'autres missions étrangères, par les services américains du renseignement.
L'ambassade de France aux USA sur écoute

30.12 930x400 Espionnage NSA

© REUTERS


1er août : un programme pour espionner "presque tout Internet". Un programme secret de surveillance d'internet, XKeyscore, permet aux services de renseignement américains d'espionner "presque tout ce qu'un utilisateur moyen fait sur Internet".
XKeyscore ou l'espionnage personnalisé

22 août : des milliers d'e-mails collectés par an. La NSA pourrait avoir "involontairement" et illégalement intercepté jusqu'à 56.000 emails privés par an entre 2008 et 2011 dans le cadre de son programme d'espionnage.
NSA/Prism : 56.000 e-mails collectés par an

25 août : les Nations Unies. L'agence américaine a eu accès au contenu du système de visioconférence de l'organisation des Nations unies.
La NSA espionnait aussi les Nations Unies

2 septembre : la présidente brésilienne. Au tour des dirigeants de pays d'être espionnés. Les États-Unis ont ainsi espionné les communications de Dilma Roussef, présidente brésilienne, et Enrique Pena Nieto, président du Mexique.
NSA : la présidente brésilienne espionnée

30.12 930x400 Espionnage NSA

© REUTERS


2 septembre : des diplômâtes français. La NSA avait concentré une partie de ses efforts sur des représentations diplomatiques françaises à New York et Washington, en particulier le réseau privé virtuel (VPN) reliant les ordinateurs des ambassades, des consulats et du siège parisien du ministère français des Affaires étrangères.
NSA : des diplômâtes français espionnés

15 octobre : des millions de contacts mails. D'après Snowden, en une seule journée en 2012, la NSA a intercepté 444.743 listes de contacts depuis la messagerie en ligne Yahoo!, 82.857 provenant de Facebook et 33.697 du côté de Gmail, la boîte aux lettres électronique de Google.
La NSA a récupéré 250 millions de contacts mails

21 octobre : même Alcatel et Wanadoo. En l'espace de 30 jours, 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques des Français ont été effectués.
Quand la NSA surveillait Wanadoo et Alcatel

23 octobre : le portable de Merkel. La chancellerie allemande a indiqué que le portable d'Angela Merkel "pourrait" être surveillé par les États-Unis.
Espionnage : le portable de Merkel sur écoute

30.12 930x400 Espionnage NSA Merkel

© REUTERS


24 octobre : 35 dirigeants du monde. Un responsable de l'administration américaine a transmis les numéros de téléphone de 35 dirigeants de la planète à la NSA.
NSA : 35 dirigeants du monde sur écoute

28 octobre : des millions de conversations téléphoniques espagnoles. La NSA a espionné 60 millions d'appels téléphoniques en Espagne entre décembre 2012 et janvier 2013.
Espagne : la NSA a espionné 60 millions de conversations téléphoniques

30 octobre : même le Vatican. Les écoutes téléphoniques américaines auraient même visé le Vatican et le pape.
NSA : le Vatican aussi espionné

31 octobre : les géants du Web. Google et Yahoo! ont été infiltré par la NSA via l'opération "Muscular". Est-ce vraiment si compliqué ? Pas vraiment : un simple pense-bête suffit à schématiser l'opération.
Espionner Google et Yahoo! : simple comme un pense-bête pour la NSA

30.12 930x400 Espionnage NSA

© REUTERS


19 novembre : la Norvège aussi. L'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine a espionné plus de 33 millions d'appels téléphoniques passés en Norvège en l'espace d'un seul mois.
La NSA a aussi espionné la Norvège

26 novembre : 50.000 malwares dans le monde. L'espionnage américain aurait infiltré de nombreux ordinateurs du globe.
La NSA aurait implanté 50.000 malwares dans le monde

28 novembre : le porno des djihadistes. La NSA scrute les habitudes des djihadistes sur Internet pour mieux les discréditer.
NSA: le surf porno des djihadistes espionné

05 décembre : les utilisateurs de portables. Après les e-mails et les téléphones de chefs d'État, les États-Unis espionneraient également nos déplacements.
La NSA traque aussi les utilisateurs de téléphones portables

30.12 930x400 Espionnage NSA

© REUTERS


09 décembre : les jeux vidéo pas épargnés. Des agents auraient été déployés dans ces univers virtuels, comme les jeux World of Warcraft et Second Life, tentant d'y recruter des informateurs.
Quand la NSA infiltre World of Warcraft

30 décembre : des mouchards dans des ordinateurs. Une cellule de piratage de l'agence américaine intercepte des ordinateurs pour exploiter leurs faiblesses informatiques.
La NSA a installé des mouchards dans des ordinateurs

30 décembre : un câble sous-marin d'Orange piraté. Dernier épisode en date : selon Edward Snowden, une division spéciale de l'agence a piraté le réseau informatique d'un consortium de sociétés utilisant un câble sous-marin de télécommunications.
> NSA : un câble sous-marin d'Orange piraté