Harcelée sur Internet, une ado se défenestre

  • A
  • A
Harcelée sur Internet, une ado se défenestre
@ Photo d'illustration. BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

DRAME - Apparue dans une vidéo provocante qui a fait le tour de son quartier, une adolescente de 15 ans a mis fin à ses jours mardi soir, à Stains, en Seine-Saint-Denis.

La vidéo avait fait le tour de tout son quartier. Apparue dans une vidéo provocante, une adolescente de 15 ans a mis fin à ses jours mardi soir en se jetant par la fenêtre de son appartement situé à Stains, en Seine-Saint-Denis, a-t-on appris jeudi de source policière. Une enquête a été confiée à la Sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis.

Sa famille présente au moment des faits. Cette jeune fille a "sauté par la fenêtre de son appartement situé au 4e étage" d'un immeuble d'une cité de cette commune déshéritée de la banlieue parisienne, a déclaré une source policière, confirmant une information de BFMTV. Ses parents et frères et sœurs, qui étaient présents dans l'appartement, ont entendu un "bruit énorme" et constaté qu'elle gisait sur le sol, a-t-elle précisé. Son corps a été transporté à l'Institut médico-légal de Paris.

"Victime de pression et de chantage". Selon la source, l'adolescente "avait des problèmes car elle s'était exhibée devant une caméra ou avait été filmée à son insu" dans une position provocante. La vidéo, postée sur les réseaux sociaux, "avait été vue par de très nombreuses personnes de son quartier et de son entourage". En outre, elle aurait été "victime de pressions ou chantages devenus insupportables" depuis la diffusion de la vidéo, a précisé cette source.

Des internautes se moquent du suicide. Une vidéo, tournée peu après la défenestration de l'adolescente, circule depuis sur les réseaux sociaux. On entend une femme hurler pendant plusieurs secondes. d'autres personnes appellent à l'aide pour "que quelqu'un appelle les secours". Sur Twitter, plusieurs internautes ont réagi avec moquerie à l'annonce du suicide de l'adolescente. Un comportement que d'autres ont dénoncé, notamment sur Facebook, où la page Repose en paix Aïcha recueille 11.000 likes.

>> LIRE AUSSI - Les souffre-douleur de l'école racontent leur calvaire

>> LIRE AUSSI - Une mère raconte le suicide de sa fille, harcelée à l'école

>> LIRE AUSSI - Le harcèlement scolaire expliqué en dessins animés