Valfréjus : ce que l'on sait de l'avalanche mortelle

  • A
  • A
Valfréjus : ce que l'on sait de l'avalanche mortelle
Cinq légionnaires sont morts dans une avalanche, lundi, à Valfréjus. Six autres sont blessés, dont un est en traitement intensif après avoir été retrouvé en hypothermie.
Partagez sur :

Après l'avalanche qui a coûté la vie à cinq légionnaires, la question de la prise de risques en montagne est à nouveau posée.

Cinq légionnaires du 2ème régiment étranger du Génie de Saint-Christol, dans le Vaucluse, sont morts lundi dans une avalanche à Valfréjus. Alors qu'ils participaient à un exercice en montagne, ils ont été surpris par la coulée, avec leur groupe d'une cinquantaine de militaires, au-delà de 2.000 mètres d'altitude.

ArmLe tracé reconnu la veille. Arrivés il y a une semaine à Modane, les légionnaires avaient déjà effectué plusieurs sorties. La veille du drame, deux membres de leur encadrement avaient reconnu le tracé pour finalement décider de l'emprunter lundi, malgré le risque d'avalanche. C'est ce que reconnait, un brin fataliste, Jean-Claude Raffin, le maire de Modane. "Je ne suis pas certain qu'on puisse les accuser avant d'avoir les conclusions de l'enquête. Mais je pense qu'avec un risque de 3 sur 5, chacun apprécie en fonction de ses connaissances de la neige et d'un certain nombre de choses", estime-t-il.

"Peut-être qu'ils étaient trop nombreux". De son côté, Julien Noël, directeur du domaine skiable, a du mal à comprendre ce qui a pu se passer sous le Col du Petit Argentier. "L'itinéraire qu'ils ont pris est un itinéraire classique", explique-t-il. "Ils ont à priori pris des précautions, en tout cas pour monter. Peut-être qu'ils étaient trop nombreux pour cette pente-là ce jour-là. C'est très difficile de déterminer cela comme ça."

Des appels à la prudence répétés. Ce nouveau drame intervient alors que depuis plus d'une semaine, les autorités lancent des appels à la prudence, notamment après le drame des Deux Alpes, où deux lycéens ainsi qu'un skieur ukrainien ont trouvé la mort. "Ça me navre beaucoup parce que la préfecture avait mis en garde les usagers de la montagne et les vacanciers contre le risque d'avalanche assez prégnant", confie Denis Labbé, le préfet de Savoie. "Nous savons que la qualité du support du manteau neigeux n'est pas bonne."

Enquête ouverte. Une enquête a été ouverte par le parquet d'Albertville pour comprendre ce qu'il s'est passé. Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, rendra hommage aux cinq légionnaires tués. Il y a près de quatre ans, un militaire de ce même régiment avait trouvé la mort dans une avalanche, lors d'une sortie similaire, toujours en Maurienne.