Une "nuit bleue" en Corse

  • A
  • A
Une "nuit bleue" en Corse
@ MaxPPP
Partagez sur :

Sept attaques à l'explosif se sont déroulées contre des enseignes de la grande distribution.

Les nationalistes corses règlent leurs comptes avec la grande distribution. Souvent dénoncées par le mouvement indépendantiste pour leur mainmise sur l'économie insulaire, plusieurs enseignes comme Casino, Leclerc ou Décathlon ont été visées par une série d'attentats dans la nuit de dimanche à lundi. Au total, sept supermarchés ont été plastiqués à Ajaccio et en Haute-Corse, ont indiqué les enquêteurs.

Des dégâts mais pas de victime

Des charges de faible puissance placées devant les devantures, les rideaux métalliques ou les portes ont causé des dégâts matériels légers et n'ont pas fait de victimes. Bien qu'aucune inscription évoquant le FLNC (Front de libération nationale de la Corse) n'ait été retrouvée sur place, la simultanéité et l'étendue géographique de ces actes ont mis les enquêteurs sur la piste d'une "nuit bleue" de la mouvance terroriste.

"Le commando a pu agir à moto, déposer les engins explosifs et partir", a estimé l'un d'eux. Les constatations de l'identification judiciaire n'ont pas permis de déterminer la nature et le poids des charges employées, mais l'hypothèse d'un "engin artisanal" était évoquée sur place, par un expert.

Michel-Edouard Leclerc réplique

C'est l'enseigne Leclerc qui a été le plus visée puisque cinq établissements de ses supermarchés ont été attaqués. Deux à  Ajaccio et les trois autres en Haute-Corse, à Bastia, Alistro et Saint-Florent. Il n’y a que des "dégâts matériels", a tenu à préciser Michel-Edouard Leclerc, au micro d'Europe 1. Et sur le fond, l’association de consommateurs "Que Choisir a reconnu que le Leclerc d’Ajaccio était le moins cher de l’île, au même niveau que les Leclerc du continent", a insisté Michel-Edouard Leclerc. "Pas sûr qu’il faille offrir une tribune à des [gens] qui ne croient même pas à leur discours", a encore attaqué Michel-Edouard Leclerc.

Toujours dans le sud de l'île, l'hypermarché Géant Casino, à Ajaccio, et le magasin Décathlon, ouvert il y a un an à Sarrola-Carcopino ont également été pris pour cibles. Ces deux grandes surfaces sont situées en périphérie.

Le FLNC contre la grande distribution

Des investigations notamment de police technique se sont poursuivies dans la nuit pour évaluer les dégâts et prélever des indices. La section anti-terroriste du parquet de Paris a été saisie.

La Corse est la région de France qui possède le plus grand nombre de supermarchés par rapport à sa population de 306.000 habitants. Cette forte implantation de la grande distribution qui contrôle des pans entiers de l'économie de l'île et y réalise des profits substantiels, notamment l'été, est dénoncée par les partis nationalistes et par le Front de libération nationale de la Corse. Un projet de création d'un nouvel hypermarché dans la banlieue d'Ajaccio a d'ailleurs du être annulé cette année sous la pression de l'opinion.

Le 9 juillet dernier, un FLNC bis, proche de la tendance dite du 22 Octobre, dont le pendant légal est le courant Rinnovu, se démarquait du FLNC disant vouloir s'en prendre entre autres à la grande distribution. Il avait notamment fustigé "l'économie productive abandonnée au capitalisme sauvage", et aux groupes financiers "qui s'accaparent des pans entiers de l'économie".