Une femme décède tous les trois jours sous les coups de son compagnon

  • A
  • A
Une femme décède tous les trois jours sous les coups de son compagnon
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

36 enfants sont également décédés concomitamment à l'homicide ou tentative d'homicide de leur père ou de leur mère en 2015.

Les violences conjugales ne reculent pas. Un total de 144 personnes, 122 femmes et 22 hommes, sont décédées en 2015, victimes de leurs conjoints, compagnons ou "ex". C'est une personne de plus que l'année précédente, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur rendus publics mercredi. Les chiffres publiés il y a un an faisaient état de 118 femmes et 25 hommes victimes en 2014. 

Trois femmes, tous les jours. "En moyenne, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son compagnon", ont souligné dans un communiqué commun les ministres Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Laurence Rossignol (Familles, Enfance et Droits des Femmes).

Des enfants victimes. 36 enfants sont également décédés concomitamment à l'homicide ou tentative d'homicide de leur père ou de leur mère en 2015, et 96 enfants sont orphelins de l'un ou de leurs deux parents, ajoute le communiqué, citant un rapport des Directions générales de la police et de la gendarmerie, et de la Délégation aux victimes du ministère de l'Intérieur. Si l'on inclut huit autres victimes collatérales (hors enfants mineurs) et 62 suicides d'auteurs d'homicides, le nombre de décès atteint 250, 25 de moins qu'en 2014. "La détermination du gouvernement est totale pour faire reculer ces violences insupportables", ont assuré les deux ministres. 

Un plan de lutte contre les violences faites aux femmes. Les mesures du 4e plan interministériel de lutte contre les violences (2014-2016) faites aux femmes "ont déjà sauvé des vies", ont-ils affirmé en citant les 500 "téléphones grave danger" déployés, les ordonnances de protection et les formations des professionnels susceptibles d'être au contact de victimes. Ils ont annoncé qu'un 5e plan triennal serait publié le 25 novembre prochain, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.