Un village alsacien surpris par une fête néo-nazie

  • A
  • A
Un village alsacien surpris par une fête néo-nazie
Capture d'écran Google Maps du village d'Oltingue.
Partagez sur :

TEMOIGNAGE- Le maire d’Oltingue en Alsace avait autorisé une fête d’anniversaire. Il ne se doutait pas qu’il s’agissait des 125 ans de la naissance d’Adolf Hitler.

Réunion néo-nazie. "Il y a deux personnes qui se pointent pour réserver une salle pour un repas, ils ont tous les papiers, les assurances, tout était en règle alors on se doutait pas c’est qu’on s’est fait avoir." Ce sentiment de désarroi est celui d’André Scherrer, maire d’Oltingue, une petite commune du Haut-Rhin. Il faut dire que l’édile, qui pensait louer la salle communale pour une banale soirée d’anniversaire, s’est retrouvé avec 200 néo-nazis sur les bras. S’il était effectivement question d’anniversaire ce samedi soir, les intéressés célébraient en fait les 125 ans de la naissance d’Adolf Hitler.

"On s'est fait avoir", raconte au micro d'Europe 1 le maire d’Oltingue :



Fête néo-naziepar Europe1fr

Appareils photos et caméras prohibés. Seuls quelques éléments auraient pu mettre la puce à l’oreille des autorités. Il y a d’abord eu ces tracts qui annonçaient la venue de groupe et de chanteurs aux noms qui ne laissaient que peu de place au doute quant à leur filiation nazie. Des affiches où ne figuraient pas d’adresse, mais seulement un numéro de téléphone à appeler pour s’inscrire, avec une mention interdisant caméras et autres appareils photos. 

Les individus étaient fichés. Les organisateurs allemands de la soirée étaient fichés outre-Rhin, mais les services de renseignement n’ont pas signalé leur venue. Il a fallu un banal contrôle routier d’un sympathisant pour que les gendarmes remontent jusqu’à cette salle des fêtes.

"C'est vous qui risquez de vous faire sortir". De son côté, le maire ne s’est pas rendu sur place avec les forces de l’ordre, craignant des réactions violentes : "Je ne suis pas allé voir puisque la gendarmerie était déjà là. Et puis quand vous avez 50 voire 100 néo-nazis dans une salle vous n’allez pas leur dire sortez de la salle, sinon c’est vous qui vous faites sortir. Ça me fait mal au cœur puisque vis-à-vis des collègues on passe pour des couillons." a-t-il confié au micro d’Europe 1.

Un maire averti en vaut deux. André Scherrer est retourné sur place le lendemain seulement. Pas d’incident à déplorer, seuls deux hommes dormaient encore dans leur voiture à proximité. Nul doute qu’à l’avenir, la mairie d’Oltingue sera désormais très précautionneuse avant de louer sa salle.