Un médecin de Haute-Saône cède gracieusement son cabinet...sur Le Bon Coin

  • A
  • A
Un médecin de Haute-Saône cède gracieusement son cabinet...sur Le Bon Coin
Patrick Laine, médecin de famille en zone semi-rurale à Saulnot depuis 1981, cherche un successeur depuis un an.@ AFP
Partagez sur :

Un médecin de Haute-Saône a décidé de céder gracieusement son cabinet car il ne trouvait pas de successeur.

Sur le Bon Coin, on trouve des canapés, des jobs parfois et même un cabinet médical. Un médecin de Haute-Saône, "désespéré" de ne pas trouver de successeur, a décidé de céder gracieusement son cabinet via ce site internet de petites annonces. Patrick Laine, médecin de famille en zone semi-rurale à Saulnot, en Haute-Saône, depuis 1981, cherche un successeur depuis un an. Il a sollicité le conseil de l'ordre, l'Agence régionale de santé, la mairie, en vain.

Le tout gracieusement.Sur l'annonce publiée sur le Bon Coin, il propose de céder son cabinet médical de 300 m², son matériel et sa patientèle sans aucune contrepartie. Il est composé de deux salles de consultation et de deux salles d'attente indépendantes.

Pour ne pas abandonner ses patients. "À 66 ans, je joue les prolongations. Mais mon éthique ne m'autorise pas à abandonner ma patientèle", explique le Dr Laine, qui a pris la décision d'arrêter d'exercer à la suite d'un accident vasculaire cérébral. C'est l'un de ses patients, dont le fils a trouvé un emploi sur le site de vente entre particuliers, qui lui a donné l'idée de l'annonce. "J'espère trouver deux successeurs -car je travaille comme deux ou trois médecins-, qui ont l'amour de leur métier et beaucoup d'empathie pour ma clientèle", confie-t-il.

"Un sacerdoce". Patrick Laine travaille 12 à 15 heures par jour, six jours sur sept. "Je suis médecin de cœur et d'écoute. C'est avant tout une vocation et une mission de service public", explique le praticien qui considère sa profession comme un "sacerdoce". "J'ai 5.000 dossiers de patients et j'ai une activité de campagne très riche avec un panel très intéressant : je vois les enfants du premier jour, jusqu'aux centenaires", souligne-t-il.