Un magistrat accusé de "diffamation raciale"

  • A
  • A
Un magistrat accusé de "diffamation raciale"
Image d'illustration.@ maxppp
Partagez sur :

JUSTICE - Une enquête judiciaire a été ouverte à l'encontre d'un magistrat de Dijon, qui aurait tenu des propos diffamatoires envers des gens du voyage.

C'est un couple issu de la communauté des gens du voyage qui a porté plainte. Le 13 août, lors d'une audience, il aurait été victime de propos diffamatoires sur leurs origines. Un des deux plaignants est un homme de 53 ans soupçonné de cambriolages et actuellement détenu. Une enquête judiciaire pour "diffamation raciale" a été ouverte à la demande de Jean-Jacques Bosc, procureur général de la cour d'appel de Dijon. 

Enquête en cours. Deux plaintes ont été déposées mercredi contre un magistrat de la cour d'appel de Dijon pour "diffamation raciale". Jean-Jacques Bosc a indiqué dans un communiqué que "cette enquête permettra d'établir la réalité des propos tenus lors de l'audience, par l'ensemble des intervenants". 

Des propos "humiliants". Selon la version des plaignants, l'avocat général aurait tenu pendant ses réquisitions des propos "humiliants" au cours d'une audience qui devait statuer sur le maintien ou non en détention provisoire du cambrioleur présumé. 

Dans sa plainte, le quinquagénaire accuse le magistrat d'avoir dit : "Cela concerne des gens du voyage qui comme chacun sait, ont fait du vol un mode de vie". Dans la plainte de la compagne, il est mentionné que l'avocat général "disait nos noms d'une drôle de façon comme s'il se moquait et que c'étaient des noms difficiles à prononcer". L'avocat des plaignants n'a cependant pas demandé au greffier de consigner ces propos, si bien qu'en absence de preuve écrite, l'enquête risque de se limiter à une opposition de versions.

L'avocat du couple et SOS Racisme au front. Pour Me Dominique Many, l'avocat du couple, l'avocat général s'est "complètement lâché" pendant cette audience. "Ce que j'ai entendu est inadmissible", a-t-il ajouté. Mercredi soir, SOS Racisme a déclaré être "scandalisé" et demande "que les sanctions et condamnations soient exemplaires", si les faits sont avérés.

>> LIRE AUSSI - Brétigny : RFF et SNCf convoqués devant la justice