Un Irlandais égorgé pour une partie d'échecs

  • A
  • A
Un Irlandais égorgé pour une partie d'échecs
@ Capture d'écran - RTE
Partagez sur :

ET MAT - La presse locale évoque un meurtre rituel. Le locataire de la victime a été mis en examen pour "meurtre" lundi à Dublin.

L'HORREUR. Les enquêteurs décrivent un meurtre "atroce" et une scène de crime insupportable. Thomas O'Gorman, un Irlandais de 39 ans a été roué de coups et poignardé à mort dimanche dernier à son domicile de Castelknock, un quartier situé dans l'Ouest de Dublin, en Irlande. Selon les premiers éléments de l'enquête, cet accès de violence mortel serait le résultat d'une violente dispute qui aurait éclaté lors d'une partie d'échecs entre la victime et son locataire. Ce dernier, un Italien de 34 ans, a été mis en examen pour meurtre et écroué lundi.

Roué de coups avec des haltères. La Garda Síochána, la police irlandaise, est alertée du drame par un coup de fil dans la nuit de samedi à dimanche, peu avant deux heures du matin. Quand ils arrivent sur place, les enquêteurs découvrent le corps sans vie de Thomas O'Gorman, le propriétaire de la maison. L'homme a été manifestement roué de coups avec des haltères, rapporte la BBC, poignardé à différents endroits du corps et égorgé, précise le Guardian. Très vite, les enquêteurs recherchent un homme à qui la victime louait une chambre dans sa maison. Saverio Bellante, un travailleur immigré originaire de Palerme, en Sicile, est arrêté quelques heures plus tard dans la journée de dimanche et placé en garde à vue.

13.01-irlande.corps

© Capture d'écran - RTE


Le suspect avoue. D'après les premiers éléments de l'enquête, tout serait partie d'une violente dispute entre les deux hommes au cours d'une partie d'échecs. Peu après le drame, c'est Saverio Bellante qui a prévenu la police avant de s'enfuir. "Je suis coupable", a-t-il réagi lundi à l'annonce de sa mise en examen pour meurtre devant un juge de Dublin. Vêtu d'un sweatshirt et d'un pantalon noir, l'homme a demandé à assurer lui-même sa défense. 

La victime travaillait depuis sept ans pour un lobby catholique et participait également activement à la vie de sa paroisse. Il vivait depuis toujours dans cette maison d'un quartier "middleclass" de Dublin avec sa mère. L'homme avait décidé de prendre un locataire après la mort de cette dernière, en 2012.