Le policer qui a tué un Roumain "en état de légitime défense"

  • A
  • A
Le policer qui a tué un Roumain "en état de légitime défense"
@ MAX PPP
Partagez sur :

Un homme a été tué mardi soir par un policer qui lui a tiré dessus lors d'une interpellation qui a mal tourné à Montgeron dans l'Essonne.

Un homme a été tué mardi soir par un policer qui lui a tiré dessus lors d'une interpellation qui a mal tourné à Montgeron dans l'Essonne. Le fonctionnaire auteur du tir mortel invoque la légitime défense. L'inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices), a été saisie et le policier placé en garde à vue mercredi. Une garde à vue levée mercredi soir, après que le parquet a estimé que l'agent était en état de "vraisemblable légitime défense".

La police nationale appelée en renfort. Mardi soir vers 19 heures 30, trois hommes "passablement éméchés et assez énervés", selon cette source, provoquent des nuisances dans une rue de Montgeron. Selon le maire de la ville, François Durovray, la police municipale est intervenue au Moulin de Senlis, un bâtiment du 14eme siècle en partie squatté, où trois hommes alcoolisés leur auraient tenu tête. Les policiers municipaux ont alors fait appel à la police nationale qui a réussi à maitriser deux des individus. Face à la virulence du trio, l'un des policiers fait usage de son flash-ball dans un premier temps.

Un homme menaçant avec un tesson de bouteille. Deux des trois hommes acceptent alors les injonctions et se soumettent aux palpations, mais le troisième refuse. Selon les premiers éléments, il se montre alors menaçant et "avec un tesson de bouteille à la main", se dirige vers un des policiers en faisant fit de plusieurs sommations. En reculant, le fonctionnaire serait alors tombé et comme l'homme continuait à venir vers lui, le policier raconte s'être senti en danger : il tire. Sa victime, un Roumain de 42 ans résidant en France, est touchée en plein thorax. Malgré l'intervention des secours, l'homme décède sur place. Les deux autres hommes à l'origine l'intervention des policiers ont été interpellés et placés en garde à vue.

"Une vraisemblable situation de légitime défense". Placé en garde à vue mardi soir, le policier devrait en sortir mercredi soir. En effet, "compte tenu (des) premiers éléments établissant une vraisemblable situation de légitime défense, la mesure de garde à vue du policier mis en cause sera levée dans la soirée" de mercredi, a annoncé le parquet en début de soirée dans un communiqué.

Une information judiciaire doit être ouverte "dans les prochains jours" pour déterminer si le policier, "en faisant usage de son arme de service, a riposté avec proportion au comportement menaçant et agressif de la victime", a ajouté le ministère public.