Un homme s'immole par le feu, sa femme meurt étranglée

  • A
  • A
Un homme s'immole par le feu, sa femme meurt étranglée
C'est sur cette route, près de Chasselas que l'homme a été retrouvé.@ Google streetview
Partagez sur :

Le corps de l'homme a été retrouvé samedi en Saône-et-Loire, quelques heures avant celui de sa femme près de Lyon.

L'INFO. La thèse d'un drame familial était évoquée après l'immolation d'un père de famille suivie de la découverte, samedi à l'aube du corps de son épouse étranglée au domicile familial, près de Lyon. 

Leurs trois enfants étaient chez leur tante. du coupe Ce cadre commercial de 44 ans s'est donné la mort en s'immolant par le feu, dans la nuit de vendredi à samedi, au bord d'une route de Chasselas, près de Solutré en Saône-et-Loire. Vers 2H15, les pompiers alertés par un automobiliste n'ont pu secourir la victime, retrouvée carbonisée en bordure de la RD 31 où il avait arrêté sa voiture. En se rendant, vers 5H30, au domicile du couple à Gleizé, dans le Rhône, près de Villefranche-sur-Saône, pour informer l'épouse du suicide de son mari, policiers et pompiers ont découvert le corps sans vie de cette mère de 34 ans. Elle gisait dans la chambre, portant "des traces de strangulation" au cou, a relaté une source proche de l'enquête. Selon les premières constatations,  la mort remonterait à vendredi. Les trois enfants du couple, âgés de 10 ans, 4 ans (bien 4) et 6 mois, avaient été confiés vendredi par leur père à leur tante paternelle résidant dans un autre département.

7.08-saone.immolation

© MAXPP

Un simple SMS pour se dire "désolé". Bien qu'ils n'aient pas encore été entendus par les enquêteurs, ils n'auraient, semble-t-il, pas assisté au drame. Selon les premiers éléments de l'enquête, le mari a adressé un SMS à un de ses amis, peu avant de se suicider. Dans ce message, "il ne parle pas de son intention de mettre fin à ses jours, mais il dit qu'il est 'désolé'",  sans faire référence au meurtre de son épouse. "Il ajoute: 'va à la maison et préviens la gendarmerie'", a précisé à l'AFP la source proche de l'enquête. "Ce drame est pour l'instant inexplicable" même si la thèse du drame familial ne semble guère faire de doute, observait cette source. "Le couple n'était pas en instance de séparation et il n'était pas connu pour avoir des disputes ou des violences au sein du couple, des éléments qui auraient pu être inquiétants et alerter", a-t-on ajouté.

Les autopsies réalisées lundi. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale du Rhône. Les autopsies devraient avoir lieu lundi dans la journée. Elles devraient "confirmer le mode opératoire et notamment déterminer s'il y a d'autres traces de violence" sur l'épouse, souligne-t-on. Samedi, les enquêteurs ont commencé à entendre le voisinage du couple, ainsi que des membres de la famille pour tenter de comprendre ce qu'il s'est passé. Tous sont "sous le choc et tombent des nus", selon les enquêteurs. "Même si l'action publique est éteinte, du fait de la mort du mari, meurtrier présumé de son épouse, il faut toutefois faire la lumière sur toutes les facettes du dossier", affirmait encore la source proche de l'enquête.