Un enfant de 8 ans sème la panique dans un village

  • A
  • A
Un enfant de 8 ans sème la panique dans un village
@ MAXPPP
Partagez sur :

A Vaudoy-en-Brie, un enfant a agressé plusieurs camarades d'école... et même les enseignants.

Il est responsable d'au moins quatre agressions depuis le début de l'année. Sauf que l'agresseur en question est seulement âgé de 8 ans. Un élève de Vaudoy-en-Brie, en Seine-et-Marne, sème la terreur dans son établissement scolaire. Depuis la rentrée, le garçonnet scolarisé en classe de CE2 a agressé plusieurs de ses camarades. Il s'en prend même aux enseignants. En réaction à ces violences, les parents d'élèves ont bloqué l'école.
>> A lire aussi : Comment repérer les enfants violents ?

"Il avait jeté une chaise dans la cantine". Car d'après eux, le garçon de 8 ans n'est pas seulement un enfant turbulent. Violaine Benzerrouk-Caillou, une représentante des parents d’élèves, explique que l'enfant fait vivre un véritable enfer à ses camarades du village. "Il avait jeté une chaise dans la cantine. Donc maintenant, il n'a plus le droit d'aller à la cantine, parce que c'est à proximité des petits maternels", raconte Violaine Benzerrouk-Caillou, interrogé par Europe 1.

"Un coup de poing à un instituteur". La dernière agression date de lundi. A la sortie des classes, l’enfant s’en est pris à plusieurs instituteurs et en a frappé un au visage. "Il a donné un coup de poing à un instituteur qui a eu le nez qui saignait. Parfois, ils sont obligés de le maitriser", détaille la représentante des parents d'élèves.

"De plus en plus répétitif". Des agressions qui se répètent et qui inquiètent parents et enseignants. "Ça devient de plus en plus répétitif avec le temps. Tout le monde est inquiet. Surtout les enfants qui sont dans sa classe. Ils subissent au quotidien cette violence. Cela devient presque normal pour eux, parce qu'ils voient ça tous les jours. D'autres ne comprennent pas pourquoi lui a le droit de faire certaines choses et pas eux. C'est vrai donc que ça devient problématique pour tout le monde", estime Violaine Benzerrouk-Caillou.

Il aura un enseignant rien que pour lui. Cette dernière s'inquiète également pour l'élève agressif. "Surtout pour cet enfant. Il faut qu'on puisse lui venir en aide. C'est pour cela que nous sommes mobilisés aujourd'hui", précise-t-elle. Les parents ont en effet bloqué l'école vendredi matin avec la bénédiction des professeurs. Après une réunion d'une heure avec l'inspecteur d'académie, ils ont obtenu gain de cause. Le garçonnet, qui est déjà suivi par un pédopsychiatre, aura le droit à un instituteur dédié, dès lundi. Et ce dans l'attente d'un diagnostic plus précis et, éventuellement, d'un placement dans une structure spécialisée.