Un élève de 5e blessé par balle : mystère au collège Grisolles

  • A
  • A
Un élève de 5e blessé par balle : mystère au collège Grisolles
Le collège Jean Lacaze, à Grisolles. @ Capture Google streetview
Partagez sur :

Un collégien de 12 ans a été grièvement blessé par une balle de 22 long rifle dans la cour d'un établissement du Tarn-et-Garonne.

Que s'est-il passé jeudi dernier dans la cour du collège de Grisolles, dans le Tarn-et-Garonne ? Un élève de 5e, âgé de 12 ans, a été grièvement blessé par une balle de 22 long rifle à la cuisse, tout près de l'artère fémorale.  Seule certitude : le projectile a été tiré par une arme à feu. On ignore encore cependant si le coup de feu a été tiré depuis l'intérieur ou l'extérieur du collège.  

Une douleur subite à la cuisse. Ce jour-là, juste avant l'heure de la cantine, un jeune garçon de 12 ans est installé sur le muret de la cour du collège Jean-Lacaze avec des camarades. Il se plaint soudainement d'une forte douleur à la cuisse. Aux toilettes, il découvre sur sa cuisse un petit trou à l'endroit de la douleur, mais pas de sang. Envoyé à l'hôpital pour une radio, le médecin identifie une balle, de calibre 22.  Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie.  

Les élèves fouillés et inspectés. Dès le jour des faits, bien que tardivement alertés, les enquêteurs de la brigade de recherches (BR) de Montauban ont investi le collège, rapporte la Dépêche. Une centaine d'élèves ont ainsi été fouillés et inspectés par un chien capable de détecter une arme ou des traces de poudre. Sans succès. Lundi, les militaires sont revenus pour auditionner les élèves qui se trouvaient dans la cour au moment supposé de l'impact. Des entretiens qui n'ont pour l'instant rien donné.

Des expertises balistiques en cours. Reste la balistique. Pour l'heure, si les enquêteurs ont la certitude que cette balle a été tirée depuis une arme à feu, ils ignorent encore s'il s'agit d'un pistolet ou d'un fusil. Des expertises balistiques sont en cours, et seul leur résultat devrait permettre d'évaluer la trajectoire et  la distance du tir et ainsi déterminer si le coup de feu a été tiré depuis l'intérieur ou l'extérieur de la cour de l'établissement. Des prélèvements, réalisés sur les mains du collégien blessé et des trois élèves qui se trouvaient avec lui dans la cour,  font l'objet d'analyse visant à déceler des traces de poudres.

L'enfant de 12 ans, lui, opéré, s'en tire avec une grave blessure correspondant à 20 jours d'interruption temporaire de travail (ITT).