Un bijoutier abattu lors d'un braquage

  • A
  • A
Un bijoutier abattu lors d'un braquage
Le bijoutier est mort des suites de ses blessures peu après le braquage.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les quatre malfaiteurs ont pris la fuite sur des deux roues. Ils sont recherchés près de Cannes.

Le braquage d'une bijouterie a viré au drame samedi en fin de journée dans un quartier ouest de Cannes, dans les Alpes-Maritimes. Le gérant de la boutique, un homme de 42 ans a été "immédiatement abattu d'une balle dans la tête par l'un des voleurs armés".

Il est près de 18 heures lorsque les quatre malfaiteurs font irruption dans la bijouterie de cette rue commerçante de la périphérie de Cannes. Visages cagoulés, mains gantés, ils sont tous armés de fusils de chasse et d'armes de poing. L'un des braqueurs fait le guet et surveille une moto et un scooter. Les autres s'affairent dans la boutique.

"C'est un braquage"

Après avoir hurlé "c'est un braquage", ils ont tiré sur le propriétaire du magasin. Une balle dans la tête. L'homme de 42 ans est décédé quelques instants plus tard.

A l'intérieur se trouvent aussi une amie proche de la victime ainsi que deux clients de la boutique qui sont violemment plaqués au sol. Les individus brisent ensuite les vitrines. Ils s'emparent de tout ce qu'ils peuvent en quelques secondes avant de prendre la fuite sur les deux roues.

Le principal témoin, un client "en état de choc", parle d'un bruit de balle au moment où la vitrine de la bijouterie volait en éclats. Un témoin a pu donner une plaque d'immatriculation partielle aux forces de l'ordre. Les braqueurs ont en outre été filmés par des caméras de surveillance de la ville.

Des braquages en série

Pris en chasse rapidement par la police, leur trace est perdue à La Roquette sur Siagne, un petit village sur les hauteurs de Cannes. Pour l'instant, on ignore le montant du butin. "Ils ont vraisemblablement pris des bijoux et de l'argent", a estimé une source policière.

C'est la deuxième attaque de bijouterie en peu de temps dans les Alpes-Maritimes. La précédente a eu lieu il y a deux semaines, en plein centre de Nice.

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, qui "condamne le violent braquage" a annoncé qu'il allait rencontrer prochainement les professionnels du secteur afin "d'accélérer la mise en oeuvre de mesures de sécurité".