Un bébé meurt dans une pouponnière

  • A
  • A
Un bébé meurt dans une pouponnière
Une enquête a immédiatement été ouverte après la mort du bébé.@ MAX PPP
Partagez sur :

Un nourrisson d’un mois est mort à Paris. Un garçon de trois ans est suspecté.

Terrible drame dimanche matin dans une pouponnière du 13e arrondissement de paris. Une petite fille d’un mois a trouvé la mort dans des circonstances qu’une enquête judiciaire ouverte dans la foulée sera chargée de déterminer. Le bébé, prénommé Dana, est née le 27 juillet 2012. Sa mère vit en Tunisie et l'enfant a été placé dès sa naissance.

Plusieurs fractures au crâne

Selon les premiers éléments de l'enquête confiée à la brigade des mineurs, le nourrisson a été retrouvé vers 8 heures ce matin, semi-conscient avant de décéder, à côté d'un garçonnet de trois ans. Cet enfant aurait déjà mordu d'autres de ses petits camarades et se serait déjà montré violent à l'égard du nourrisson décédé. L'hypothèse selon laquelle l'enfant aurait jeté à terre le bébé est examinée par les enquêteurs. Des traces de morsures ont été constatées sur la victime, a précisé une source policière. Une autopsie du corps du nourrisson qui a été pratiquée lundi matin a révèle des plusieurs factures au niveau du crâne.

C’est Bertrand Delanoë qui a révélé l’information dimanche. "Je souhaite exprimer ma désolation après le décès dramatique d'un enfant âgé d'un mois ce matin à la pouponnière Michelet dans le 13ème arrondissement de Paris", a indiqué le maire de Paris.

Des enfants de moins de trois ans en difficulté

Comme l'a demandé l’élu socialiste une enquête administrative pour " défaut de surveillance" a été  ouverte dans cet établissement géré par la direction de l'action sociale, de l'enfance et de santé de la Ville de Paris. La structure prend en charge des enfants de moins de 3 ans en difficulté ou en danger, placés soit par leur famille ou par mesure judiciaire.

"J'apporte mon soutien au personnel de la pouponnière Michelet, que je sais particulièrement touché par ce terrible événement, et qui, malgré sa gravité exceptionnelle, doit pouvoir continuer sa mission dans la plus grande sérénité possible dans l'intérêt supérieur des enfants et des familles", a aussi écrit  Bertrand Delanoë.  Le maire de Paris a également adressé ses condoléances à la famille de la victime.