Tuerie de Chevaline : "preuves insuffisantes" contre Zaïd al-Hilli

  • A
  • A
Tuerie de Chevaline : "preuves insuffisantes" contre Zaïd al-Hilli
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le frère de Saad al-Hilli, tué en Haute-Savoie avec sa famille en septembre 2012, ne sera donc pas inculpé.

Un temps soupçonné dans la tuerie de Chevaline, le frère de Saad al-Hilli pourrait finalement être disculpé. La police britannique a en effet estimé mercredi que "les preuves étaient insuffisantes" pour poursuivre Zaïd al-Hilli. Le 5 septembre 2012, son frère, Saad al-Hilli, un Britannique d'origine irakienne de 50 ans, avait été tué de plusieurs balles, avec sa femme et sa belle-mère, au cours de leurs vacances sur les bords du lac d'Annecy, en Haute-Savoie. Un cycliste de la région, probable victime collatérale même si le scénario n'a jamais été clairement établi, avait également été abattu, alors que les deux filles du couple al-Hilli ont réchappé au "massacre".

>> A lire - Que devient la famille al-Hilli ?

La piste familiale s'éloigne. La piste familiale, nourrie par une relation conflictuelle entre Saad al-Hilli et son frère aîné Zaïd, notamment pour des questions d’héritage, semblait privilégiée depuis le début de l’enquête. Interpellé en juin 2013, près de Londres, Zaïd al-Hilli avait toutefois été relâché, faute de preuves. Depuis, il faisait l’objet d'un placement sous contrôle judiciaire.

>> A lire - Le frère clame son innocence

tuerie chevaline 930

© Max PPP

Le contrôle judiciaire levé. Mais, après avoir été entendu une nouvelle fois par des magistrats français et des enquêteurs britanniques, Zaïd al-Hilli ne semble plus être suspecté de "complot pour commettre un meurtre". "A ce stade, les preuves sont insuffisantes pour poursuivre" Zaïd al-Hilli et "la police n'envisage pas d'actions supplémentaires pour le moment", a annoncé la police britannique dans un communiqué. Le contrôle judiciaire visant ce quinquagénaire a donc été levé.

>> A lire - Tuerie de Chevaline : toujours aucune certitude

D'autres pistes à l'étude. L'enquête se tourne donc vers d'autres pistes, notamment celles du tueur fou ou de l'espionnage industriel. En septembre dernier, la BBC avait également révélé la présence d'un motard, aperçu sur les lieux du crime, en bordure d'une route forestière non loin d'Annecy, en septembre 2012. Un conducteur de 4X4 avait également été aperçu près du lieu de la tuerie. Le motard avait alors été présenté comme le tireur présumé et le conducteur comme son complice. Pour l'heure, cette piste n'a pu être confirmée, malgré la diffusion du portrait robot du motard.

sur le même sujet, sujet,

HYPOTHÈSE - Le tueur avait-il un complice ?

> TÉMOIGNAGE - Le frère clame son innocence

L’ENQUÊTE - La piste de l'espionnage industriel

> ZOOM - Que devient la famille al-Hilli ?