Trappes : un adolescent de 14 ans tué dans une fusillade

  • A
  • A
Trappes : un adolescent de 14 ans tué dans une fusillade
@ AFP
Partagez sur :

Deux adolescents ont été touchés par des coups de feu qui ont éclaté vers 15h30, dans le square Albert Camus. L'un est décédé à l'hôpital. 

Il s'appelait Moussa et avait 14 ans. Vendredi, un jeune mineur est mort lors d'une fusillade survenue à Trappes, dans les Yvelines, selon une information du Parisien confirmée par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Un deuxième a été légèrement blessé.

Touché à l'abdomen, il meurt une heure plus tard. Les faits se sont produits vers 15h15 au square Albert Camus, où une douzaine de douilles ont été retrouvées, dans un quartier populaire "laissé à l'abandon", selon une résidente. Une Clio noire s'est arrêtée au bas d'un immeuble devant lequel se tenait un groupe de jeunes. Un homme est sorti de cette voiture avant d'ouvrir le feu, touchant deux adolescents. Le premier, âgé de 14 ans, touché à l'abdomen, est mort une heure plus tard. Le second, âgé lui de 17 ans, a été blessé légèrement à la jambe droite. Il a été transféré à l’hôpital André-Mignot au Chesnay.

Le véhicule des assaillants, avec lequel ils ont réussi à prendre la fuite, a été retrouvé incendié à Beynes, à une quinzaine de kilomètres des lieux du crime. Une enquête a été ouverte pour assassinat et complicité d'assassinat et confiée à la PJ de Versailles. "On commence à recueillir plusieurs témoignages", a indiqué une source policière. Les enquêteurs espèrent notamment pouvoir interroger le blessé léger dans la soirée.

Des victimes inconnues des services de police. Aucun des deux jeunes n'était connu des services de police, selon le parquet de Versailles qui a affirmé que "rien ne démontre pour l'instant que l'un des jeunes ait été visé". D'après le maire PS de la commune, Guy Malandain, "les deux personnes concernées ne font pas partie des bandes" connues de la police. L'édile, qui "connaissait très bien le petit" décédé, souhaite "respecter la douleur des parents" et "attendre les résultats de l'enquête" avant de pouvoir s'exprimer davantage.

"Il est beaucoup trop tôt pour dire s'il s'agit d'un règlement de comptes, s'il s'agit d'une balle perdue", a estimé de son côté le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet sur BFMTV.

"Une mort révoltante" pour Cazeneuve. Sur Twitter, Bernard Cazeneuve a qualifié, vendredi, cette mort de "révoltante", en indiquant qu'une enquête était en cours et que "tout est mis en oeuvre pour traduire les auteurs en justice".





Benoît Hamon, député PS de la circonscription des Yvelines où le drame a eu lieu, a lui aussi réagi sur le réseau social, parlant d'une "mort injuste et épouvantable".

Des règlements de compte récents. Ces dernières semaines, plusieurs quartiers de la ville ont été le théâtre d'échauffourées et de règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants. Le 15 avril dernier, des coups de feu avaient déjà retenti dans ce même square Albert-Camus, sans faire de victimes. Un jeune homme de 22 ans avait alors été interpellé puis relâché, faute de preuves suffisantes contre lui.