Trafic de bébés : jusqu'à 5 ans de prison pour les vendeurs

  • A
  • A
Trafic de bébés : jusqu'à 5 ans de prison pour les vendeurs
@ AFP
Partagez sur :

JUSTICE - Les quatre hommes suspectés d'avoir échangé des nourrissons contre voitures et sommes d'argent ont écopé de 18 mois à 5 ans de prison ferme.

Quatre Roumains, soupçonnés d'être les organisateurs d'un réseau de trafic de nouveaux-nés, ont été condamnés, mercredi, de 18 mois à 5 ans d'emprisonnement, par le tribunal correctionnel de Marseille. Deux couples stériles, qui avaient acheté des enfants, ont quant à eux écopé de deux ans de prison avec sursis. Des peines moins lourdes que celles requises par le parquet.

"Une usine à bébés". Un peu plus tôt dans la journée, le procureur Ahmed Chafai avait évoqué, dans son réquisitoire, un "monde interlope à la limite du mafieux", fustigeant notamment "la création d'une usine à bébés". "On donne une famille à un enfant, on n'offre pas un enfant à une famille", a-il martelé. Avant de requérir sept ans de prison - et ce, quel que soit leur degré de responsabilité - à l'encontre de Ilie Ionita, Valeriu Rosu, Florian Stan, et Florin Coman, les quatre cerveaux présumés du trafic, âgés de 25 à 42 ans.

"Ce n'est pas possible d'acheter des enfants". En ce qui concerne les deux couples d'acheteurs - Mike et Carmen, Marius et Kelly - eux aussi issus de la communauté des gens du voyage, le procureur avait requis deux ans de prison. Tout en reconnaissant la situation particulière de ces couples stériles, prêts à tout dans l'espoir d'être parents, le procureur a fait montre de fermeté : "Quelles que soient les souffrances endurées par ces deux familles qui ont pris les enfants, ce n'est pas possible d'acheter des enfants", a lancé Ahmed Chafai. "Il y a un principe sur lequel je ne peux pas monnayer, c'est le respect de la vie et de la dignité humaines", a-t-il poursuivi.

Deux relaxes. Enfin, Jonathan Demestre, frère de Marius, poursuivi pour l'une des deux transactions n'ayant pas abouti, a été relaxé.  Six mois de prison avaient pourtant été requis contre lui par le parquet. L'une des mères ayant vendu son bébé, et sœur d'Ilie Inota, a elle aussi été acquittée. Un an de prison avait été requis à son encontre. Restée en Roumanie, elle n'était pas présente au procès.

 >> LIRE AUSSI - Trafic de bébés : "5.000 euros et un véhicule, ce n'était pas assez"

>> LIRE AUSSI - Marseille : un réseau de trafic de bébés devant la justice