Tirs dans le Thalys : quatre autres héros ordinaires bientôt décorés

  • A
  • A
Tirs dans le Thalys : quatre autres héros ordinaires bientôt décorés
@ AFP
Partagez sur :

En amont de l’intervention des trois Américains et d’un Britannique, deux voyageurs sont intervenus pour s’interposer face au tireur présumé, tandis que deux agents SNCF ont également prêté main forte. Qui sont-ils ?

Depuis vendredi soir, on a beaucoup entendu parler des trois Américains, dont deux militaires en civil, et du Britannique. Mais deux autres hommes ont également participé à la neutralisation du tireur présumé, monté à Bruxelles avec un impressionnant arsenal, à bord du Thalys 9364. Sans l’intervention de ces hommes, le suspect Ayoub El Kharazzi aurait pu commettre un carnage, bien qu’il nie toute dimension terroriste à son geste et affirme avoir seulement voulu rançonner les passagers.

Bientôt décorés. Lundi matin, les quatre premiers héros ordinaires ont été décorés de la Légion d’honneur par le président François Hollande qui a souligné leur courage : "Face au mal du terrorisme, il y a un bien et vous l’incarnez". Les deux derniers, dont l’un souhaite garder l’anonymat et l’autre est encore hospitalisé, recevront la plus haute distinction française ultérieurement, a précisé l'Elysée. Mais qui sont-ils ?

  • Un Français de 28 ans, qui souhaite de rester anonyme

C’est le premier à avoir croisé la route du suspect. Alors qu’il se rend aux toilettes, Damien A., jeune diplômé de l’Edhec (grande école de commerce située à Lille ; ndlr) se retrouve face à face avec l’agresseur, kalachnikov en bandoulière. Le jeune homme, en poste dans une banque française à Amsterdam, tente de ceinturer l’agresseur. Mais celui-ci tire à plusieurs reprises.

  • Un Franco-américain de 51 ans, Mark Moogalian

Un passager Franco-américain accompagné de sa femme, est lui aussi intervenu au péril de sa vie. Il a d’ailleurs été blessé grièvement par balle en s’interposant. Son identité a été dévoilée par le Daily Telegraph. Il s’agit de Mark Moogalian, un quinquagénaire professeur d’anglais, notamment à Polytechnique ou à la Sorbonne. "Mon mari s'est précipité vers cet homme pour lui enlever son arme, sa kalachnikov", a raconté lundi matin son épouse Isabelle Risacher-Moogalian sur Europe 1.

Toujours hospitalisé à Lille, ce musicien amateur ne doit sa survie qu’au réflexe de l’Américain Spencer Stone, lui-même blessé dans sa lutte avec l’assaillant. "On a eu beaucoup de chance car il connaissait les gestes de premiers secours. Il a mis son doigt sur la plaie qui était au niveau du cou pour empêcher l’hémorragie et il est resté dans cette position jusqu’à l’arrivée à Arras. Je pense qu’il a vraiment sauvé la vie de mon mari", a assuré avec émotion Isabelle Risacher-Moogalian.



La bravoure des deux agents SNCF également saluée. Outre ces six hommes, les autorités saluent également le rôle joué par un autre Français. Il s'agit d'un agent des chemins de fer en congés au moment des faits, Eric Tanty, dont Spencer Stone a rapporté dimanche, lors d'une conférence de presse à l'ambassade des Etats-Unis à Paris, qu'il les avait aidés à maîtriser le tireur présumé. 

Enfin, un autre agent de la SNCF recevra les honneurs de la République, a annoncé François Hollande lors de la cérémonie donnée à l'Elysée, lundi matin. "Il y a aussi le contrôleur, Michel Bruet qui a donné l'alarme et qui a fait en sorte là aussi de pouvoir mettre les forces de l'ordre en mouvement prêtes à intervenir si c'était nécessaire", a indiqué le président de la République. Le chef de bord a également éloigné d'un coup de pied l'une des armes du terroriste présumé.