Tensions à Calais : les CRS filment leurs interventions

  • A
  • A
Tensions à Calais : les CRS filment leurs interventions
Les CRS tentent d'empêcher les migrants de monter dans des camions à destination de la Grande-Bretagne. @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Face au climat de tension croissant entre migrants et force de l’ordre,  les CRS ont décidé de filmer eux-mêmes les scènes d’intervention pour montrer la difficulté de leur tâche.

Mercredi, de nouveaux heurts ont eu lieu à Calais alors que les migrants essayaient à tout prix de monter à bord des camions en partance pour la Grande-Bretagne. Des sources syndicales ont évoqué "une guérilla urbaine", parlant de 500 à 600 migrants "voire plus". La préfecture du Pas-de-Calais a quant à elle estimé le nombre de migrants à 200. Dans ce contexte tendu, les forces de l’ordre ont décidé de filmer leurs interventions. Europe 1 qui s'est rendu sur place a pu rencontrer les CRS concernés et consulter leurs vidéos.

Intenable. La vidéo commence sur un appel radio et le motard, équipé d’une caméra type Go-pro, fonce sur la rocade portuaire pour rejoindre ses collègues qui tentent de repousser les assauts des migrants sur les poids-lourds. «On a besoin de renforts rapidement, il y a énormément de monde, on était prêt à partir. Il y a une moto qui s’est retrouvée à terre pendant la manœuvre, mais là, c’est devenu intenable », explique un CRS sur la vidéo.

"Dégage !" Sur les images, on ne voit pas de policiers subir de violences de la part de migrants, mais on sent une tension extrême. Pour dissuader les clandestins, le CRS frappe avec une matraque sur la glissière de sécurité tout en brandissant sa bombe lacrymogène : « Dégage ! Dégage ! » crie-t-il alors que l’on entend de nombreux cris en fond.

Se protéger des accusations de violences policières. Si ces images sont enregistrées et mises en ligne, c’est pour montrer les difficultés des interventions policières à Calais, mais aussi pour avoir des preuves en cas de mise en cause. "C’est une protection, puisqu’il y a quelques semaines, on pouvait être mis à mal dans certaines vidéos où des bribes d’images pointaient des soi-disant violences policières", explique Ludovic Hochart du syndicat Unsa-Police.

"Mes collègues filment pour démontrer les situations dans lesquelles ils travaillent, que le rapport de forces n’y est pas du tout et qu’ils sont très fréquemment dans l’insécurité", poursuit le responsable syndical dans le Calaisis.  

Un renfort insuffisant. Un renfort de 70 CRS a été affecté à Calais la semaine dernière. Mais d’après les syndicats, cela ne suffira pas à contenir les assauts des migrants prêts à tout pour sauter dans un camion. Au total, ce sont donc 270 hommes qui sont mobilisés à Calais pour près de 3.000 migrants, selon les derniers décomptes de la préfecture du Pas-de-Calais.