Snapchat accusé d'avoir causé un accident de voiture

  • A
  • A
Snapchat accusé d'avoir causé un accident de voiture
"Distraite par son téléphone, la conductrice n'a pas vu la voiture grise conduite par Wenthorth Maynard".@ AFP
Partagez sur :

La victime d'un accident de voiture poursuit Snapchat en justice. Selon lui, la fonction "vitesse" de l'application incite les conducteurs à rouler plus vite.

La fonction "vitesse" de Snapchat, pousse-t-elle les utilisateurs à rouler plus vite ? C'est ce qu'entend démontrer Wentworth Maynard, un américain victime d'un accident de voiture. Ce dernier a poursuivi une automobiliste responsable de son accident, ainsi que l'application à qui il demande de prendre en charge ses frais médicaux.

"Elle voulait montrer qu'elle allait vite". Le 10 décembre 2015, sa voiture a été percutée violemment par un autre véhicule. Au volant de cette voiture, une jeune femme, Christal McGee. Cette dernière utilisait son téléphone et notamment la fonction qui mesure la vitesse de l'application Snapchat au moment de l'accident, rapporte CNN. Selon les avocats de la victime, Christal McGee voulait poster une image sur Snapchat pour montrer qu'elle pouvait aller vite.


"Distraite par son téléphone". La passagère de Christal McGee au moment de l'accident a indiqué qu'elle roulait à 113 miles par heure, soit 180 km/h, alors que la vitesse était limitée à 55 miles (88 km/h). "Distraite par son téléphone, elle n'a pas vu la voiture grise conduite par Wenthorth Maynard", indiquent les avocats de la victime. 

Wenthorth Maynard a été gravement blessé dans cet accident. Cet ancien chauffeur Uber a passé cinq semaines en soins intensifs après de grosses blessures au crâne et est contraint de se déplacer en fauteuil roulant. Il ne peut plus travailler. 

D'autres accidents. Les avocats de Wenthorth Maynard reprochent également à Snapchat d'avoir été au courant de précédents accidents lors desquels cette fonction vitesse avait été utilisée. Un porte-parole de Snapchat a répondu ne pouvoir faire de commentaire sur une action en justice. Il a toutefois ajouté qu'une note précisait dans l'application qu'il était dangereux d'utiliser la fonction vitesse au volant.