Attentats de Paris : ce qui attend désormais Salah Abdeslam

  • A
  • A
Attentats de Paris : ce qui attend désormais Salah Abdeslam
Salah Abdeslam sera placé en détention provisoire à Fleury-Mérogis, d'après des sources proches du dossier.
Partagez sur :

Le seul survivant des commandos du 13 novembre est arrivé en France, mercredi matin, après avoir été transféré en hélicoptère, dans la nuit, escorté par le GIGN. 

Les événements se sont précipités autour de Salah Abdeslam, dans la nuit de mardi à mercredi. Le principal suspect des attentats du 13 novembre a été remis à la France par voie aérienne, a-t-on appris mercredi matin. Le Français de 26 ans a été escorté, depuis sa cellule de la prison de Beveren, dans le nord de la Belgique, par les gendarmes du GIGN. Une opération qui s'est effectuée dans la plus grande discrétion pour garantir les conditions de sécurité nécessaires. Maintenant que le suspect principal des attaques de Paris a été livré à la justice française, que va-t-il se passer ?

Vers une mise en examen... L'ex-fugitif le plus recherché d'Europe ne passera pas par la case "garde à vue". Au palais de justice de Paris, Salah Abdeslam va être directement présenté au juge d'instruction, mercredi après-midi, en vue de sa mise en examen pour "meurtres terroristes et participation aux activités d’un groupe terroriste". "Un interrogatoire de première comparution" qui sera une "formalité procédurale", selon l'ancien juge antiterroriste, Gilbert Thiel. Le seul survivant des commandos du 13 novembre sera en présence de son avocat français, Frank Berton, dont on a appris mardi soir qu'il assurerait sa défense.

Puis, le terroriste présumé passera dans le bureau du juge des libertés et de la détention, en présence d'un procureur qui fera savoir qu'il réclame le placement en détention provisoire de l'ex-fugitif le plus recherché d'Europe. Un débat qui sera, évidemment, de principe.

... puis un placement en détention provisoire. Selon des sources proches du dossier, le Français de 26 ans né à Bruxelles sera ensuite incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, la plus grande prison d'Europe. Cette structure pénitentiaire, qui se situe à une trentaine de kilomètres de Paris, dans l'Essonne, a l'habitude d'accueillir des détenus dangereux. Elle constitue aussi un choix pratique, car les juges d'instruction voudront entendre Salah Abdeslam à plusieurs reprises dans le cadre de l'enquête. D'autant que pour Gilbert Thiel, il faut s'attendre à une instruction "très probablement longue". "Les faits sont considérables, Salah Abdeslam est apparemment le seul survivant et il va falloir déterminer son rôle" dans les attentats, a rappelé l'ancien magistrat sur Europe 1 mercredi.

Ses futures conditions de détention. Les conditions de détention de Salah Abdeslam vont être drastiques. Dans cette prison, il sera bien sûr "placé à l'isolement", loin des autres détenus, comme l'a indiqué le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, à la sortie du Conseil des ministres. Une équipe de surveillants "aguerris et formés à la détention des personnes détenues réputées dangereuses" sera affectée au suspect le plus surveillé de France, a également précisé le ministre de la Justice. Des mesures de sécurité maximales ayant notamment pour objectif d'éviter un suicide, alors que les familles des victimes espèrent toutes la tenue d'un procès, et dont Salah Abdeslam sera l'accusé principal.

Quelle attitude peut-il adopter ? Face au juge d'instruction, Salah Abdeslam peut décider de garder le silence ou "faire une déclaration spontanée où il pourra éventuellement se positionner par rapport aux faits", a indiqué Gilbert Thiel. Défendu en France par le pénaliste lillois Frank Berton, le suspect principal des attentats du 13 novembre souhaite parler d'après son avocat. "J'ai rencontré ce garçon pendant 2h30 à la prison de Beveren (en Belgique) et il m'a expliqué qu'il avait des choses à dire et qu'il voulait les dire", a indiqué le pénaliste sur Europe 1, mercredi matin.