Rohan : le récit de la soirée qui a précédé l'accident mortel

  • A
  • A
Rohan : le récit de la soirée qui a précédé l'accident mortel
Le véhicule, dans lequel étaient montés 14 adolescents, a fait une embardée et est allé heurter un talus.@ FRED TANNEAU / AFP
Partagez sur :

Le véhicule dans lequel s’étaient massés 14 adolescents est sorti de route, provoquant la mort de quatre d’entre eux. Europe 1 revient sur ce qu’il s’est passé cette nuit-là. 

Maud, Quentin, Aurélien et Baptiste. Ces quatre adolescents de 15 à 16 ans ont trouvé la mort dans la sortie de route de leur véhicule, le week-end dernier, à Rohan, dans le Morbihan. Dix autres de leurs camarades ont été blessés, dont le conducteur. Ce mineur sans permis a été contrôlé positif au dépistage d'alcoolémie, comme l’avait révélé Europe 1 lundi. Toujours hospitalisé, il n’a pu être interrogé par les enquêteurs.

Le jeune conducteur mis en examen

Le garçon de 17 ans qui conduisait a été mis en examen pour "homicides et blessures involontaires aggravés par les deux circonstances de son état alcoolique et du défaut de permis", a annoncé vendredi le parquet de Vannes. Il a été placé sous contrôle judiciaire. 

Ils fêtaient les 17 ans du conducteur. En revanche, cinq adolescents, eux, sont sortis de l'hôpital et ont pu être auditionnés. Au fil de leurs déclarations, se profile désormais le scénario de cette virée mortelle. Celui d'une fête entre amis, réunissant 14 jeunes du coin au domicile familial de l'un d'eux - le conducteur -, dans la petite commune de Rohan qui compte à peine 2.000 habitants. Les parents sont absents, partis en voyage. Ce samedi soir, le groupe de copains célèbre l’anniversaire de leur hôte. Il a eu 17 ans il y a tout juste un mois, comme l'a raconté l'un d'eux au Parisien.

Bière, vin et alcool fort. Les festivités démarrent sur les coups de 20 heures, avec des arrivées progressives jusqu'à 22 heures. L'ensemble de la petite bande est censée dormir sur place. Tous les ados auditionnés expliquent avoir consommé de l'alcool lors de cette soirée. D'abord de la bière, puis du vin avant de passer à des boissons plus fortes.

Trois à l'avant, sept à l'arrière et quatre dans le coffre. Après minuit, le jeune organisateur de la fête s'isole dans la voiture parentale pour y discuter avec un ami. Ils sont alors rejoints par l'ensemble du groupe. Ce sont ainsi 12 garçons et deux filles qui s’entassent dans le véhicule cinq places, un Citroën Berlingot. Trois d'entre eux s'installent sur le siège avant, sept sur la banquette arrière et quatre autres dans le coffre.  

"On roule". La clique de copains quitte les lieux sans raison ni destination, contrairement à ce qui avait pu être soupçonné. "A la cantonade, ils disent : 'on roule'", explique le vice-procureur, en présentant une joyeuse bande prise, peut-être, par l'euphorie de la fête et l'effet de groupe. A peine 2,4 kilomètres plus loin, c’est l’accident. Les adolescents interrogés racontent que le véhicule a d'abord fait un écart avant que le jeune conducteur n'en perde le contrôle. Plusieurs tonneaux plus tard, les secours sont prévenus à 1h27. Ils arrivent sur place à 1h40. 

Surcharge, alcool, inexpérience et vitesse. Aucune trace d'anomalie ou de défaillance mécanique n'a été constatée sur le véhicule accidenté. Il apparaît que la principale cause pouvant expliquer cette embardée fatale, soit la surcharge de celui-ci. Inexpérimenté, le jeune au volant, qui suivait une formation en conduite accompagnée, n'a pas su reprendre le contrôle de la voiture. Jeudi, le parquet a annoncé que son taux d'alcoolémie s’élevait à 0.83g/litre de sang. La vitesse à laquelle roulait le jeune homme pourrait également entrer en compte. Des expertises complémentaires doivent être menées sur cette route limitée à 90 km/h afin de lever le voile sur les circonstances de ce drame.