Rohff, de la gloire dans les bacs à la case prison ?

  • A
  • A
Rohff, de la gloire dans les bacs à la case prison ?
Le rappeur Rohff risque jusqu'à quatre ans de prison ferme pour avoir agressé un vendeur d'une boutique en 2014. @ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Le rappeur, qui avait violemment agressé des vendeurs d’une boutique de son rival Booba en avril 2014, va connaître son jugement vendredi.

Rohff repassera-t-il par la case prison ? Le rappeur d’origine comorienne avait violemment agressé des vendeurs de la boutique parisienne de son rival Booba en avril 2014. Pour cet acte de violence en groupe, il risque jusqu’à quatre ans de prison. Avant de connaître le jugement vendredi dans cette affaire, retour sur une carrière entrecoupée de succès dans les bacs et de démêlés judiciaires.

Une fulgurante ascension. Après une enfance passée au nord de la Grande Comores, il rejoint la France et la Seine-Saint-Denis à l’âge de 7 ans. D’abord bon élève, il décroche à l’adolescence. Très vite attiré par le rap, notamment les flow qui viennent des Etats-Unis comme ceux de Tupac, Dr. Dre, Rohff (acronyme de "Rimeur Original Hardcore Flow Fluide", puis de "Rimeur Offensif Honorant le Fond et la Forme") écrit de plus en plus de textes engagés et rappe avec des amis.

En 1998, il sort son premier album (Le code de l’honneur) et rencontre un succès très encourageant – sans avoir le soutien des radios. Il signe ensuite pour le label Hostile Records et enchaîne avec un deuxième opus (La vie avant la mort) qui aura une très belle réussite (175.000 exemplaires vendus). En 2002, le titre Qui est l’exemple ? (en duo avec Kayliah) devient un carton et le fait connaître du grand public.

Premiers problèmes avec la justice. Au moment où il devient très populaire dans le rap, Rohff doit faire face à la justice. En 2002, il tire avec une arme à feu sur deux personnes en sortant d’une boîte de nuit d’Ivry-sur-Seine. Condamné à quatre ans d’emprisonnement, dont trois avec sursis, il ne sera finalement pas incarcéré. En 2007, il est interpellé pour port d’arme cette fois. Son 357 magnum à la ceinture avec lequel il a notamment menacé son petit frère lui vaudra quatre mois de prison à Fresnes.  

Malgré ses ennuis judiciaires, la gloire ne fuit pas Rohff qui sort quatre nouveaux albums (La fierté des nôtres, Au-delà de mes limites, Le code de l’horreur, Retour avec P.D.R.G) entre 2004 et 2014. Dans cette période, il va aussi cultiver sa haine d’un autre rappeur bien connu, Booba. Si on ignore encore l’origine précise de leur clash, Rohff et Booba se clashent fréquemment par chansons interposées.

2014, le dérapage de trop. La haine entre ces deux-là atteint son paroxysme le 21 avril 2014. Ce jour-là, Rohff était entré accompagné de plusieurs hommes dans le magasin Ünkut, boutique "officielle" de la marque de vêtements fondée par le rappeur Booba, située dans le quartier parisien de Châtelet. Dans un bref déchaînement de violence dont les images, captées par des caméras de vidéosurveillance, avaient été diffusées à l'audience, le groupe avait roué de coups un jeune vendeur en l'abandonnant dans un état critique.

"J'ai vu rouge, j'ai cédé à la colère", avait admis à la barre le rappeur de 39 ans, de son vrai nom Housni Mkouboi. Il n'était toutefois pas parvenu à expliquer clairement les raisons de son geste. Alors que l'accusation soupçonne, sans pouvoir le prouver, une expédition punitive préméditée, le rappeur avait soutenu qu'il avait pénétré sur un coup de tête dans la boutique de son ennemi juré, suivi par de jeunes fans qui l'avaient reconnu dans la rue.

Retour à la case prison ? Rohff s'était présenté à la police quelques heures plus tard. Il avait passé deux mois en détention provisoire - il a pu sortir grâce au règlement de sa caution par le footballeur camerounais Samuel Eto’o - puis plusieurs mois avec un bracelet électronique. Avec son passif judiciaire, Rohff risque gros cette fois : jusqu’à quatre ans ferme.