Retour au calme à Grenoble

  • A
  • A
Retour au calme à Grenoble
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après plusieurs jours de tension, la capitale des Alpes a retrouvé son calme mercredi.

La tension est finalement retombée mardi dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble, théâtre de violences urbaines pendant trois nuits consécutive. 300 policiers, dont des membres du Raid et du GIPN, étaient toujours mobilisés dans le quartier lundi soir, dans le but de prévenir les nouvelles émeutes.

Depuis le début des violences vendredi, les forces de l'ordre ont été la cible chaque nuit de tirs à balles réelles, qui n'ont pas fait de blessés. A l'origine de ces émeutes : la mort d'un jeune homme, abattu vendredi soir lors d'une fusillade avec la police. Il venait de braquer le casino d'Uriage avec un complice.

Trois jeunes condamnés

Une information judiciaire a été ouverte, mais les enquêteurs ont bien du mal à déterminer l'origine de ces coups de feu.

Trois jeunes hommes de 20 ans, interpellés lors de la première nuit de violences vendredi avec 17 autres personnes, ont été condamnés en correctionnelle lundi après-midi à des peines allant de six mois avec sursis à six mois ferme pour avoir tenté d'attaquer un commerce de motos à Grenoble. "Ces faits ne s'inscrivent pas dans les émeutes mais ne leur sont à mon avis pas totalement étrangers", a soutenu le parquet à l'audience. L'avocat de la défense a dénoncé "un amalgame malheureux" avec les violences de la Villeneuve.

Vingt personnes ont été interpellées depuis vendredi. Un mineur a été mis en examen pour avoir incendié un commerce. Trois majeurs, dont la garde à vue a été prolongée lundi, doivent être déférés au parquet mardi. Deux d'entre eux sont soupçonnés d'avoir tiré contre les forces de l'ordre, le troisième d'être mêlé à des violences extérieures à celles de la Villeneuve.

Tous les acteurs publics réunis mardi

Une réunion de tous les "acteurs publics" concernés par les problèmes de sécurité à Grenoble, demandée par le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux sur fond de violences urbaines, s'est déroulée mardi après-midi. Selon le ministère, "cette réunion avait pour objet de faire un point d'ensemble sur la situation locale et d'arrêter les réponses spécifiques et concrètes à apporter pour une sécurité durable à Grenoble, et tout particulièrement dans le quartier de la Villeneuve".

Cette "réunion de travail" portait sur "la lutte contre les différentes formes de délinquance et l'efficacité des réponses apportées, la lutte contre l'économie souterraine, la coordination opérationnelle des différents services publics" ou encore "la mise en place de la vidéoprotection, notamment dans les quartiers sensibles".