Rapt-Cahors : le suspect mis en examen

  • A
  • A
Rapt-Cahors : le suspect mis en examen
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'homme est soupçonné d'avoir enlevé un garçon de 11 ans dans un parc lundi.

Le quinquagénaire soupçonné d'avoir enlevé un garçon de 11 ans à Cahors a été mis en examen jeudi à Agen pour enlèvement et séquestration et a été placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire. L'adolescent avait été enlevé lundi, et retrouvé le lendemain marchant sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute A20 à Limoges, en compagnie d'un homme déjà condamné pour des actes pédophiles et soupçonné de l'avoir enlevé. Placé en garde à vue à Cahors, le pédophile récidiviste avait ensuite été transféré au pôle de l'instruction d'Agen pour y être entendu par un juge.

Mis en examen pour enlèvement et séquestration

Gilles Caignard, 50 ans, a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration sur mineur de 15 ans", et du fait qu'il n'a pas relâché de lui-même l'enfant, il s'agit d'une "infraction criminelle", a-t-on précisé au parquet d'Agen. Il est décrit par le parquet de Cahors comme un homme ayant déjà purgé deux peines de prison pour viol de mineur en Haute-Vienne et agression sexuelle en Gironde. Il faisait l'objet d'un suivi socio-judiciaire, selon le parquet. L'enfant, de nationalité bulgare et dont rien n'indique qu'il ait subi des violences sexuelles, a raconté à La Dépêche du Midi que le repris de justice l'avait abordé dans un parc municipal et avait "menacé de le tuer" s'il ne venait pas avec lui.

Une fuite en auto-stop

Ils sont ensuite allés à la gare, pour monter dans un train, mais un contrôleur leur aurait refusé l'accès, faute de billet, a-t-il dit. Des caméras de vidéo-surveillance ont enregistré leur passage, donnant des indications précieuses aux enquêteurs qui ont pu lancer une alerte nationale. Puis ils ont fait du stop pour se rendre à Paris et ont été pris par 5 ou 6 voitures. L'auteur de l'enlèvement faisait passer l'enfant auprès des conducteurs "pour son fils".

Le dernier véhicule les a laissés à Limoges, où ils ont "passé la nuit dans l'herbe", relate l'enfant, avant d'être contrôlés et interpellés mardi matin, déambulant sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A20 à Limoges. Originaire du Morbihan, Gilles Caignard s'était installé à Cahors il y a quelques mois, après sa libération du centre de détention d'Eysses, dans le Lot-et-Garonne.