Quatre "enfants sauvages" vivaient reclus à La Courneuve

  • A
  • A
Quatre "enfants sauvages" vivaient reclus à La Courneuve
@ Capture écran BFMTV
Partagez sur :

ENQUÊTE - Ces enfants, qui ne sont visiblement jamais sortis de chez eux souffrent de retards psycho-moteurs. Leurs parents ont été écroués.

Ils n'ont probablement jamais vu la lumière du jour. Quatre enfants, âgés de 2 mois, 2, 5 et 6 ans ont été découverts cette semaine par les services sociaux de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Ils vivaient reclus depuis leur naissance, selon RTL. Les parents ont été placés en garde à vue mais ne sont pas parvenus à expliquer les raisons de leur acte. Ils ont été écroués. Une enquête est ouverte pour déterminer comment cette famille a pu passer entre les mailles du filet des services sociaux.

La mère se rend à l'hôpital avec son bébé. La famille vivait depuis près de 6 ans dans l'immeuble, mais ce n'est qu'en janvier, lorsque la maman a accouché de sa petite dernière, que l'hôpital Jean-Verdier de Bondy a pu signaler la famille. La grossesse n'avait pas du tout été suivie médicalement, ce qui a alerté l'équipe soignante. L'histoire remonte alors à la police qui se rend rapidement à l'appartement familial dans une barre d'immeuble de la cité des 4.000, un quartier sensible et défavorisé de la Seine-Saint-Denis.

Les voisins ne s'étaient aperçus de rien, comme l'illustrent ces images de BFMTV :

Des enfants sauvages. Là, les enquêteurs découvrent les trois autres enfants du couple entassés sur des matelas posés à même le sol. L'appartement n'était "pas très propre, pas très bien rangé, mais ce n'était pas un dépotoir non plus", a-t-elle ajouté. Rien ne laissait penser que des enfants en bas âge y vivaient", a-t-on indiqué. Il n'y avait ni mobilier ni jouet. Les enfants vivent tous dans la même pièce et n'ont visiblement jamais mis un pied dehors. "C'est des enfants sauvages, qui ont poussé tout seul", a relaté la source.

Des troubles autistiques. "L'enquête laisse à penser qu'ils ne sortaient pas ou très, très peu. Leurs voisins ne les connaissaient pas"."Aucun n'était scolarisé, ni suivi, ils n'étaient pas vaccinés et ne voyaient pas de médecin", a ajouté la source. Ils souffrent tous de malnutrition et présentent d'importants retards psycho-moteurs. Les deux aînés, âgés de 5 et 6 ans, présentent des troubles autistiques et arrivent à peine à marcher et à parler.

Les parents n'ont "pas conscience" de la situation. Le père, âgé de 33 ans, et la mère, 27 ans, originaires d'Inde tous les deux, ne travaillaient pas mais touchaient des allocations pour leurs enfants. Placés en garde à vue, les parents ont donné des explications laborieuses aux enquêteurs. Ils semblent en effet ne pas avoir "pris conscience" de la situation. Aux enquêteurs, le père a expliqué qu'il refusait d'emmener ses enfants chez le médecin, et a assuré qu'il comptait les envoyer à l'école quand ils sauraient marcher. La mère parlait très mal le français.

Les parents écroués, les enfants placés. Selon les premiers éléments de l'enquête, les enfants n'auraient pas été battus ou abusés sexuellement. Ils ont été placés en famille d'accueil. Une information judiciaire a été ouverte pour mauvais traitements sur mineurs. L'enquête a été confiée à la Sûreté départementale de Seine-Saint-Denis. Les parents ont été mis en examen pour "privations de soins par ascendant", ils ont été tous deux placés en détention. Ce délit, lorsqu'il compromet la santé d'un enfant, est puni de 7 ans de prison et de 100.000 euros d'amende.