PS : enquête dans le Nord

  • A
  • A
PS : enquête dans le Nord
@ MAXPPP
Partagez sur :

La justice enquête sur des abus de biens sociaux qui impliquerait des cadres de la fédération PS.

La justice s’intéresse de très près à plusieurs élus socialistes de la fédération du Pas-de-Calais, soupçonnés de détournements de fonds et d’abus de biens sociaux, voire "de financement occulte de la fédération", rapporte le site de l’hebdomadaire Le Point.

Une enquête préliminaire a été ouverte en début d’année par le parquet de Lille, investigations auxquelles participent également la brigade financière de Lille et la Division nationale des investigations financières (DNIF) à Nanterre.

L’ex-maire de Hénin-Beaumont balance

C’est Gérard Dalongeville, ancien maire de Hénin-Beaumont, qui a mis la justice sur la piste d’un supposé réseau de corruption et de financement occulte. Mis en examen en 2009 pour "détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme", ce dernier a depuis décidé de se confier à la justice.

Dans une série de lettres, il mettrait en cause plusieurs ténors socialistes de la région, dont Jean-Pierre Kucheida, député-maire PS de Liévin et futur candidat lors des prochaines législatives.

Au-delà des possibles règlements de compte politiques, ces accusations sont renforcées par un récent rapport de la chambre régionale des comptes, qui pointait déjà plusieurs zones d’ombre dans la comptabilité de plusieurs sociétés d’économie mixte de la région.

Des sociétés d’économie mixte au cœur du système ?

Les soupçons de la justice s’orientent notamment vers Epinorpa et Adevia, des sociétés d’économie mixte, c’est-à-dire majoritairement financées par l’Etat ou les collectivités territoriales. Or le président d'Epinorpa et le vice-président d'Adevia se révèle être Jean-Pierre Kucheida.

Cette double casquette d’élu et de président d’entreprise suscite les soupçons d’entorses aux règles d’attribution de marchés publiques et d’abus de biens sociaux. D’autant que le fils de Jean-Pierre Kucheida, qui dirige un bureau d’études, a obtenu plusieurs marchés publics.

La justice enquête donc sur ces irrégularités que Gérard Dalongeville, ancien maire de Hénin-Beaumont, qualifie même de système de financement occulte de la fédération socialiste locale. Le parquet de Lille, contacté par LePoint.fr, n’a pas souhaité commenter ces informations.