Profanation de Sarre-Union : cinq adolescents en garde à vue

  • A
  • A
Profanation de Sarre-Union : cinq adolescents en garde à vue
@ FREDERIC MICHEL / EUROPE 1
Partagez sur :

Le procureur de la République a annoncé, lundi après-midi, que cinq mineurs ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le cimetière juif profané à Sarre-Union, dans le Bas-Rhin. 

L'info. Le procureur de la République de Saverne a annoncé, lundi après-midi lors d'une conférence de presse, que cinq mineurs ont été placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le cimetière juif profané à Sarre-Union, dans le Bas-Rhin. Ces mineurs sont âgés de 15 ans et demi à 17 ans, tous originaires de la région et sans antécédents judiciaires, a déclaré Philippe Vannier, expliquant que l'un d'entre eux s'était dénoncé lundi matin auprès des gendarmes. 

>> LIRE AUSSI - Cimetière juif profané : "les tombes de ma famille sont dévastées"

Cinq mineurs en garde à vue. Lundi matin vers 10h15, un jeune homme s'est présenté à la gendarmerie de Sarre-Union pour se dénoncer "en disant qu'il avait participé aux faits". L'adolescent "a été très très impressionné par les proportions que prenaient cette affaire [...] donc il s'est confié à un de ces petits amis qui a eu un bon réflexe", a raconté le procureur de Saverne. Le réflexe de lui conseiller de se dénoncer, ce qu'a fait le jeune homme. "Il a mis en cause d'autres garçons. Ils sont cinq au total, tous mineurs", a annoncé le procureur. Tous sont en garde à vue depuis 14h45, a-t-il indiqué. Ces jeunes "originaires de la région" auraient commis les faits, jeudi après-midi, entre 15 heures et 18 heures. Ils sont quatre à vivre dans la commune de Sarre-Union, où le cimetière a été profané. "On ne connait pas les motivations de ces adolescents", a déclaré Philippe Vannier. Selon lui, ces jeunes, "très très choqués de la tournure des événements, "se défendent de tout antisémitisme". Ils affirment s'être "rendu compte qu'il s'agissait de tombes juives" au moment des faits et qu'ils "considéraient le cimetière comme étant abandonné", a ajouté le procureur.

>> LIRE AUSSI - Sarre-Union : près de 300 tombes profanées dans un cimetière juif

Des dégâts nombreux. 250 tombes exactement ont été dégradées dans le cimetière juif de cette commune de 3.000 habitants qui compte 400 sépultures. La plupart des dégradations sont "des renversements de stèles ou des arrachages de colonnes, quelques caveaux ont également été ouverts sans qu'il ne soit porté atteinte aux défunts", a précisé le procureur. Le monument dédié aux victimes de la déportation, situé à l'entrée du cimetière, a également été profané. 

Un cimetière déjà profané deux fois. Ce n'est pas la première fois que ce cimetière juif fait l'objet de profanations. En 1988, une soixantaine de stèles avaient été renversées, et en 2001, 54 tombes avaient été saccagées. A l'époque, l'enquête avait conduit à l'arrestation de jeunes désœuvrés. "En 2001, il s'agissait d'adolescents plus jeunes, avec des âges entre 13 et 15 ans. [...] Il y avait une fille, mais c'était également des jeunes qui n'avaient pas d'antécédents et qui n'avaient pas manifesté, jusqu'à leur passage à l'acte, d'opinions qui pouvaient laisser penser qu'ils allaient se comporter de cette manière ou commettre des actes antisémites", a rappelé le procureur alors qu'on l'interrogeait sur ce précédent. Quant aux habitants de la commune, ils sont choqués : "C'e n'est pas la première fois [...] c'était déjà des jeunes d'ici, donc, en un sens, ça ne m'étonne même pas. Mais on n'a pas de mots pour expliquer ou pour dire ce qui leur passe par la tête", a témoigné au micro d'Europe 1, Marie-Laure, résidente de Sarre-Union. "C'est gratuit. [...] Je ne sais pas ce qui leur passe par la tête.", a-t-elle conclu. 

Les auditions des cinq mineurs sont actuellement en cours. Le président de la République, François Hollande, se rendra sur les lieux mardi, en fin de matinée.