Procès Iacono : "il faut du courage pour dire 'je suis un menteur'"

  • A
  • A
Procès Iacono : "il faut du courage pour dire 'je suis un menteur'"
@ AFP
Partagez sur :

Le petit-fils de Christian Iacono a tenté de dédouaner son grand-père mercredi lors du procès en révision de ce dernier. Pendant 11 ans, Gabriel l'a accusé de viol, avant de se rétracter.

Gabriel, 24 ans, celui dont tout le monde attendait le témoignage devant la cour d'assises du Rhône, à Lyon. Pendant onze ans, sans discontinuer, il a accusé son grand-père de viol, avant de se rétracter. Christian Iacono, l'ancien maire de Vence, dans les Alpes-Maritimes, est jugé depuis lundi en révision. Longuement entendu à la barre mercredi, Gabriel s'est une nouvelle fois évertué à dédouaner son grand-père.

"J'étais incapable de perdre ma famille". Toute la question mercredi soir est de savoir quelle impression Gabriel Iacono a fait aux juges et aux jurés. Ce sont eux qui dans quelques jours auront la lourde tâche d'acquitter ou de condamner Christian Iacono. C'est le président qui a exprimé le plus de doutes : "pourquoi avoir attendu 11 ans avant de vous rétracter ?", demande-t-il au jeune homme. "A 16 comme à 18 ans,  j'étais incapable de perdre ma famille, d'affronter leur regard. Il faut du courage pour venir ici et dire 'je suis un menteur'", a douloureusement expliqué Gabriel.

Le président enchaîne. "Avez-vous dans vous dans votre existence été violé par quelqu'un d'autre ? Pas par votre grand père mais par quelqu'un d'autre ?". "Non, jamais", répond Gabriel, qui savait que sa parole serait contestée. "Aujourd'hui, c'est beaucoup plus difficile de me rétracter parce que je suis bien moins cru en tant que faux-accusateur que dans la position de victime", concède le jeune homme. "Donc, oui, c'est douloureux et c'est un combat qui est bien plus acharné maintenant qu'en 2009 ou en 2011".

"Je récitais quelque chose, mais rien n'est vrai".  Et si le combat est acharné, c'est qu'à 9 ans, Gabriel a donné beaucoup de détails sur les viols : une goutte de sang, le chat qui entre dans la salle de bain et interrompt son grand-père… "Comment avez-vous pu inventer cela ?", le questionnent le président puis les avocats. "Je ne sais pas. Je répondais à des questions et puis c'est comme si je récitais quelque chose, mais rien n'est vrai", continue d'affirmer le jeune homme.

>> Procès Iacono : le petit-fils entendu sur ses rétractations

>> Procès Iacono : le père de Gabriel ne croit pas à sa rétractation

>> Le procès Iacono ne se tiendra pas à huis clos

>> Procès Iacono : un drame familial pour la 3e fois aux assises

>> Pourquoi Christian Iacono est-il de nouveau jugé ?