Procès du "barbe bleue" de l'Essonne : "Jamel a voulu me tuer"

  • A
  • A
Procès du "barbe bleue" de l'Essonne : "Jamel a voulu me tuer"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Julie Derouette, une des victimes présumées de Jamel Leulmi, raconte comment ce séducteur est parvenu à lui faire signer des contrats de décès avant d'orchestrer son accident mortel.

C'est le moment que Julie Derouette attendait depuis le début de procès. L'une des victimes présumées de la barbe bleue a été entendue jeudi devant la cour d'assises d'Evry. Jamel Leulmi, 36 ans, comparaît depuis de lundi devant la cour d'assises d'Evry, pour avoir assassiné sa femme et tenté de tuer sa seconde compagne, Julie Derouette. L'homme, présenté comme un fin manipulateur, est suspecté d'avoir orchestré les "accidents" de ses compagnes afin de bénéficier de leurs (gracieux) contrats d'assurance décès.

"J'étais fragile, naïve, c'était facile de me séduire". Sa rencontre avec le bellâtre remonte à 2009. Julie décide d'emmener ses filles dans un tout nouveau parc d'attractions proche de chez elle, Coco Island. Immédiatement, la jeune femme, à peine remise de sa relation avec son ancien compagnon qui la frappait, est abordée par le gérant du lieu, un homme musclé au sourire ravageur. Jamel Leulmi obtient le numéro de la jeune mère de famille et les deux tourtereaux débutent rapidement une histoire. "J'étais fragile, naïve, c'était facile de me séduire", confie-t-elle à la barre.

28.04 Les enquêteurs ont retrouvé des milliers de photos sur le portable de Jamel Leulmi. Comme celle-ci devant sa glace. 930620

© Max PPP

Il l'a couvre de cadeaux. En Jamel, elle voit un homme costaud et rassurant. Il la couvre de cadeaux. Il lui dit même qu'il a changé le code de sa carte bleue pour mettre les chiffres de leurs deux années de naissance en gage d'amour. Ils rigolent ensembles en regardant des DVD et s'amusent à regarder des sketchs de Gad Elmaleh.

Des contrats d'assurance décès à 7 millions d'euros. Très vite arrive la demande en mariage. Julie se sent traitée comme une princesse. Quand Jamel lui demande de remplir des contrats d'assurance décès, elle accepte, comme elle le fait un peu tout le temps. Elle se questionne à peine sur ces contrats compliqués. "Du charabia", explique-t-elle devant la cour d'assises d'Evry. Finalement, Julie Derouette signe des contrats s'élevant à la coquette somme de 7 millions d’euros au profit de Jamel Leulmi en cas de mort accidentelle de la jeune femme.

28.04-julie.leulmi.hopital

"On va te crever". Les fiançailles sont prévues en décembre2009. Elles doivent se dérouler au Maroc, le pays d'origine des parents de Jamel Leulmi. Et l'accident survient juste avant leur mariage, au Maroc, où Julie Derouette devait retrouver son compagnon. La mère de famille est victime d'un accident de la route. Au volant d'une voiture de location, elle est percutée par l'arrière puis violemment agressée et laissée pour morte sur le bord de la route. A la barre, Julie pleure à chaudes larmes. Elle raconte les coups, les cervicales qui craquent et les mots entendus : 'on va te crever'.

La fin de son rêve de prince charmant. Elle s'en sortira avec la colonne vertébrale brisée et cinq mois d'ITT. Durant sa période de convalescence, Jamel Leulmi ne lui rend visite qu'une seule fois. C'est la désillusion pour Julie Derouette. Julie explique ces longs mois à sortir de son rêve de prince charmant. Après un mystérieux cambriolage durant lequel seuls les contrats d'assurance ont été volés, elle décide de porter plainte. Les enquêteurs se penchent alors sur le passé de l'accusé et découvrent qu'il est veuf. Sa première épouse est morte trois ans plus tôt dans un accident de la route, fauchée par une voiture au cours d'une balade à vélo, trois mois à peine après leur mariage. Coïncidence ? Elle avait également souscrit quelques semaines avant sa mort plusieurs polices d'assurance au profit de Jamel Leulmi. Aujourd'hui, Julie en est donc sûre : 'Jamel a voulu me tuer', dit-elle.

sujet_scalewidth_460

PROCÈS -  Jamel Leulmi est "un très beau manipulateur"

RÉCIT - Le "Barbe bleue" de l'Essonne devant la justice