Procès Bettencourt : Banier, "un gourou qui a su diviser"

  • A
  • A
Procès Bettencourt : Banier, "un gourou qui a su diviser"
@ AFP
Partagez sur :

L’avocat de la milliardaire évoque au le rôle présumé de François-Marie Banier, dont la personnalité sera au cœur du troisième jour d’audience.

Suivez le procès minute par minute en compagnie de notre journaliste Noémie Schulz depuis Bordeaux > pour suivre le direct, rendez-vous sur son fil Twitter (cliquez-ici)

Après deux journées fastidieuses autour de questions de procédure, le procès Bettencourt entre dans le vif du sujet mercredi. C’est en effet la personnalité de l’un des principaux accusés qui s’apprête à être passée au crible au tribunal correctionnel de Bordeaux. Celle de François-Marie Banier, le photographe devenu au fil des années le confident de Liliane Bettencourt, aujourd’hui poursuivi pour "abus de faiblesse" et "blanchiment". Un "prédateur", un "gourou ", estime l’avocat de la milliardaire Me Ducos-Ader, au micro d’Europe 1.

>> LIRE AUSSI - Affaire Bettencourt : la défense passe à l'attaque

François-Marie Banier

© AFP

"François-Marie Banier est la cible privilégiée". "Il est évident que monsieur Banier est la cible privilégiée, même si je n’aime pas du tout le mot 'cible'", assure Me Ducos-Ader à la veille de l’interrogatoire du photographe. "Mais c’est quelqu’un qui fait partie véritablement des gens à qui madame Meyers en veut beaucoup", poursuit-il, en évoquant la fille de Liliane Bettencourt. C’est en effet par une plainte déposée par Françoise Bettencourt-Meyers contre François-Marie Banier que l’affaire avait débuté en 2007.

>> LIRE AUSSI - Affaire Bettencourt : l'ouverture d'un procès hors norme

"la fille et la mère séparée n’est que pure invention". Selon Me Ducos-Ader, il ne s’agit pas "tellement" d’une question d’"argent". "C’est surtout pour la façon dont il a su, un peu à l’image de certains gourous, comme un prédateur, diviser, écarter la famille, priver Mme Meyers de rencontres avec sa mère, qu’elle avait tout à fait normalement", explique l’avocat pour qui   "le roman de la fille et la mère séparée" n’est que "pure invention pour la défense de M. Banier". "On aura l’occasion de s’expliquer là-dessus", promet le ténor du barreau bordelais. Rendez-vous est pris, mercredi à l'audience.

>> LIRE AUSSI - Affaire Bettencourt : dix prévenus jugés pour "abus de faiblesse"