Policier tué pendant un exercice : une erreur de manipulation de la part d'un stagiaire

  • A
  • A
Policier tué pendant un exercice : une erreur de manipulation de la part d'un stagiaire
Les policiers de la BRI participaient à un entraînement à balles de peinture (image d'illustration) @ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le policier stagiaire qui a tiré sur l'instructeur aurait fait une mauvaise manipulation avec son arme chargée à balles réelles, selon les informations du "Parisien". 

Le tir accidentel qui a tué un policier de la BRI pendant un exercice sur la base militaire de Francazal, près de Toulouse (Haute-Garonne), mercredi, serait dû à une mauvaise manipulation de la part d'un policier stagiaire, révèle Le Parisien vendredi. 

Une entorse fatale au règlement. L'incident s'est déroulé au cours d'une formation destinée aux "primo-arrivants", ces fonctionnaires qui viennent d'entrer dans la Brigade d'Intervention et de Recherche (BRI), une unité d'élite. C'est lors d'une simulation de prise d'otage opposant deux groupes "arme à la main" que le major instructeur de 46 ans a été touché au thorax.

Le "tireur" aurait fait une mauvaise manipulation en rechargeant son arme avec des balles réelles après avoir terminé l'exercice réalisé avec des balles de peinture, selon les informations du Parisien, faisant ainsi une entorse au règlement. 

La piste de la faute individuelle. Une enquête en flagrance pour homicide involontaire a été ouverte par le parquet de Toulouse. Le SRPJ de Toulouse (Service régional de police judiciaire) et l'IGPN (l'Inspection générale de la Police nationale) devront déterminer comment l'un des policiers s'est retrouvé à tirer à balles réelles.

Si l'accident ne fait aucun doute, les enquêteurs se dirigent désormais vers la piste de la faute individuelle, précise le journal. Le policier stagiaire, en état de choc, faisait parti d'un groupe d'une vingtaine d'agents appartenant à plusieurs BRI.